menu

[Test] Remember Me

[Test] Remember Me
Editeur/Développeur Dontnod
Date de sortie 06/06/2013
Plateformes PS3, 360, PC
Genre Aventure
Classification Déconseillé aux moins de 16 ans
Testé par LLyza

Note

Total average

3.3/5

Histoire / Ambiance
Immersion / Gameplay
Intérêt / Durée de vie

Ce que j'en pense

Remember me ? (I have no remorse) ♬♩♭♫


J’attendais ce jeu depuis un moment, alors même que son nom n’était que Adrift, ses secrets autour de son développement et les images donnaient alors déjà envie. Le projet fut long et douloureux, initialement prévu en exclusivité PS3 avec Sony, il se terminera finalement avec l’éditeur CAPCOM. L’équipe française de DONTNOD a su faire sensation à la Gamescon de 2012, ils proposent alors un univers nouveau dans un Paris futuriste, un action/aventure de plus dans cette fin de générations de consoles.

Étant dans une phase où peu de jeux me donnent l’envie de jouer, parce que les suites rentables fatiguent à la longue, que les surprises n’existent plus et que les prises de risques ont disparu du vocabulaire JV. La crise toussa, toussa. Les grandes lignes de Remember Me m’ont attirées dés le départ, premièrement pour l’héroïne Nilin, ensuite pour l’univers dystopique et futuriste et cette capacité à manipuler la mémoire afin de modifier les souvenirs dans le seul but d’interférer dans le présent. Dés que j’ai pu, la pré-co a été passée, patientant qu’elle soit une oasis dans mon désert vidéo-ludique.

 

L’intro commence fort avec des images qui font rapidement penser à une pub, on nous vend ce système de mémoire SENSEN comme quelque chose d’exceptionnel. Un couple partage ses souvenirs (une expérience unique et intime), une vieille femme nous explique qu’elle se rappelle ainsi des bons et mauvais moments comme elle le souhaite. Mais quelle merveilleuse invention ! Vite, mon implant !

Nous sommes à Paris en 2084, Nilin est une ancienne « chasseuse de mémoire » d’élite. Les agents effrayés par ses capacités et de ne pas pouvoir la contrôler, lui effacent la mémoire. En effet, elle semble être une des rares à pouvoir modifier les souvenirs dans la mémoire de quelqu’un. Elle parvient de justesse à échapper à un lavage de cerveau complet, et grâce à l’aide d’Edge, un ami, la voilà ainsi qui part à la recherche de son identité et des restes de ses souvenirs.

 

On commence donc par se rendre compte que le jeu nous dirige de manière linéaire vers les différentes destinations indiquées par Edge. Quelques cinématiques rapides s’y greffent pour appuyer et bien insister sur l’histoire. Alors que le côté couloir pourrait en déranger quelques un, l’aspect addictif de l’histoire nous le fait mettre de côté et on se laisse rapidement guider. Surtout, que le studio Dontnod alterne différentes phases : recherches & combats donnant un bon dynamisme aux déplacements qui seront facilement pris en main. Il utilise les habituelles techniques de sauts ou pour grimper aux toits… on ne sera pas perdu. Le Gameplay est donc basique de ce point vue là.

La nouveauté se fait surtout ressentir dans les phases d’attaque, un système de combo se met en place de manière à “être personnalisable”. En effet, au fur et à mesure Nilin se souvient un peu de ce qu’elle était capable de faire, on débloque ainsi des nouvelles attaques qu’on pourra placer comme on le souhaite dans nos combos grâce au Combo Lab (accessible à n’importe quel moment). Il faut un peu de temps, pour bien les comprendre tous mais pas mal d’astuces sont distillées pendant les phases de rechargement ou lors de leur mise à dispo. On regrette de ne pas avoir de livret dans la pochette du jeu, il aurait été assez apprécié. On doit donc par nous même maitriser les nouveaux termes : les 4 “pressens” sont les différentes attaques infligeant plus ou moins de dégâts, “l’overload” c’est une sorte de Finish Him, les “pmp” sont les xp accumulés… Et selon comment sont placés les pressen ou leur quantité, le combo sera plus ou moins efficace, régénérateur pour Nilin et donc fatal pour nos ennemies.

Regen Pressen — faible dégât Power Pressen — font plus de dégât et permettent la Memory Overload, finish move. Cooldown Pressen — permet à Nilin de régénérer plus rapidement les Pressens Spéciaux Chain Pressen — permet de dupliquer l’effet du pressen précédent

Autant commencer en mode “Pirate en Herbe” et on fera ensuite en “Agent Erroriste” ou “MemoChasseuse d’Elite”. Car le niveau s’intensifie, les ennemies de Nilin sont nombreux entre la police qui la recherche et les êtres (des sortes de Gollum ayant rejeté l’implant mémoriel) qui peuplent le Paris post-apocalyptique, la pauvre a de quoi faire. Les graphismes sont assez particuliers, les décors sont magnifiques. Je pense notamment au quartier St Michel ou lorsque l’on immerge pour la première fois, on en prend plein les mirettes ! Vraiment une très belle direction artistique. De plus, la musique apporte sont lot de sensation qui amplifie ce sentiment devant un néo-Paris sombre, inquiétant et à la fois fascinant. Un Paris comme on en voit rarement dans le Jeux Vidéo.

Ma petite déception viendra de la manipulation de la mémoire que je pensais possible à n’importe quel moment avec n’importe quel pnj. Or, je les rapprocherais de QTE un peu plus évolués car ils ont beau apparaître avec un personnage particulier et sont assistés (la manette vibre face à un élément sur lequel on doit interagir), il n’empêche que le choix reste entre nos mains. En effet, ce n’est pas parce que la manette nous indique un élément sur lequel on puisse agir, qu’il faut se jeter dessus sans réfléchir. Plus d’une fois, on se refera la scène jusqu’à ce qu’elle soit parfaite. Rien de bien sorcier, c’est plutôt plaisant et je comprends bien pourquoi on ne modifiera pas la mémoire de tous les passants — cela n’apporterait rien à l’histoire.

Remember Me est un pari risqué, en sortant au même moment que Last Of US, en mettant l’accent sur l’histoire et les décors qui l’entoure, il propose quelque chose de nouveau selon la sensiblité de chacun. Le Gameplay est un pwal rigide mais cela n’empêche pas d’avoir une expérience de jeu assez hors du commun. Et j’ai envie de dire « Cocorico amis gamer », soutenons ce genre de projet qui voit le jour en ces temps mouvementés où on se contente de suites déjà bien connus de nous tous et au vu de tous les licenciements actuels dans le milieu du développement. Ne passez pas à côté à cause des notes mitigés du web, prenez la démo et faite vous votre propre avis !

 

Les Plus :

  • L’histoire
  • Les décors (visuels et sonores)
  • Les Combos personnalisables (plus de 50 000 combinaisons)
  • Nilin, un personnage charismatique et fort

 

Les Moins :

  • Linéarité du jeu, un peu trop dirigé
  • Gameplay un peu rigide (du coups)
LLyza

About the author: LLyza

 Brune à l'extérieure & Blonde à l'intérieur. Kinder powaa !  Rédactrice pour LesGameuses.com depuis sa création (2009), joueuse du dimanche et/ou des transports en commun, quand les crises de boulimie de livre ne m’atteignent pas pendant plusieurs semaines… en me laissant K.O Pour récupérer, une séance de shopping ou de glandage intensif devant la TV permet de faire passer les maudites pages blanches des tests en attente ! Sinon, j'aime la photo, la musique et je suis complètement addict à mon macbook et Les Internettes, je ne passe donc pas une journée sans ma dose d’inutile-donc-indispensable.  http://llyza-laboitedukinder.tumblr.com 

Vidéos

[Test] Remember Me [Test] Remember Me [Test] Remember Me

2 commentaires

  1. Trokless

    Super test,

    du coup j’ai bien envie de tenter l’aventure en espérant retrouver un personnage charismatique tel
    que » Shepard » dans » Mass Effect ».
    Une petite question, les combats sont-ils intuitifs à la manière des derniers Batman?

    A fini par le dire le 17 août 2013
  2. Melisande.Syl

    Hello !
    Je découvre Les Gameuses en tombant sur ce test.
    Merci, il m’a convaincu. J’hésitais à y jouer via le PSN, mais là c’est décidé.

    Bonne continuation.

    A couché sa pensée le 13 janvier 2014

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top