menu

[Test] Les Chevaliers de Baphomet : The Director’s Cut

[Test] Les Chevaliers de Baphomet : The Director’s Cut
Editeur/Développeur Revolution Software
Date de sortie 2010
Plateformes Appstore
Genre Point&Click
Classification Déconseillé aux moins de 12 ans
Testé par LLyza

Note

Total average

4/5

Histoire / Ambiance
Immersion / Gameplay
Intérêt / Durée de vie

Ce que j'en pense

« Il » est revenu. *

-

Les Chevaliers de Baphomet, développé par Revolution Software, est devenu une institution dans le genre des jeux de Point&Clic, le tout premier épisode étant sorti en 1996 sur PC. On a vu au long de ces quinze années défiler différents remakes sur diverses plateformes, comme la Playstation, la Gameboy, la DS ou la Wii, et même dernièrement sur iPhone et iPad. Pour la petite histoire, le nom du jeu fait référence aux Templiers et au Baphomet, une représentation du Mal (ressemblant à un homme avec une tête cornue) que les Templiers ont été accusé d’idolâtrie, à tord pour les condamner. On se couchera moins bête ce soir pour ceux qui ne découvriraient que maintenant ce jeu cultissime.

Un écran noir, une femme parle… puis vient une cinématique aux dessins faisant penser aux bandes dessinées. Nous sommes à Paris, nous incarnons Nicole Collard une journaliste française, nous avons rendez-vous avec  Mr Carchon et sa femme. A peine ont ils eu le temps de se présenter qu’un bruit retentit. Il se dirige alors vers son bureau pensant à la bêtise du chat… Puis, un coup de feu claque, Nicole se précipite dans la pièce, le Mime, celui-là même qu’elle avait croisé juste un peu plus tôt, se tient debout devant le corps. Le tueur déguisé est de retour, il l’assomme, retour à l’écran noir.

Première Scène dans le jeu sorti en 1996

Ce début change de la version originale qui commençait avec une autre scène relayée en deuxième temps ,car à l’époque nous ne pouvions incarner Nicole, mais seulement George Stobbart un touriste américain. On le découvrait alors témoin d’un attentat commis par un homme déguisé en Clown dans un petit bistrot où Nicole avait rendez-vous avec la victime. Avec cette version revisitée, on comprend mieux pourquoi elle se trouvait sur les lieux du crime. Nous incarnerons ainsi dans cette version à tour de rôle Nicole et Georges. Cette petite particularité apporte à la version originale plus de précision sans pourtant changer le scénario.

Nous voilà sur une scène de crime. Nicole ne compte pas attendre la police, et décide de fouiller les alentours pour enquêter sur la mort de cet homme qui serait un ami de son père. En touchant le décor, nous pouvons interagir (avec les deux roues de mécanisme) et visualiser (lorsqu’il y a un oeil) tout ce qui nous entoure afin de résoudre ce mystère. Il vous faudra aussi finement observer (à l’aide de la loupe) et  ramasser (avec une main) tout objet ou indice qui permettrait de faire avancer l’enquête. Vous les disposerezs alors dans un sac [le classique inventaire]. Nous avons aussi à notre disposition un cahier qui relate tous les événements en cours et passés, ce qui permet de se remémorer régulièrement et de rejouer dès que possible, sans oublier les moindres faits. Une sauvegarde est possible à n’importe quel moment (avec la clé à molette en bas à gauche).

Au fur et à mesure que nous avançons, nous allons dialoguer avec les protagonistes de cette aventure et parfois, nous aurons le choix de nos réponses ; celles-ci seront représentées par des images correspondant à une idée. Aujourd’hui, la mauvaise synchronisation des lèvres pourra en rebuter certains, mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un jeu remasterisé. De plus, les petites bulles qui apparaissent lors des dialogues accentuent le côté BD. On apprécie ou pas, pour ma part c’est réussi. Nous aurons aussi à faire nos preuves en résolvant des casses-têtes, des suites logiques avec les objets et le décor qui nous entoure afin d’avancer. Il ne faudra pas hésiter à vérifier ce qu’on a amassé dans l’inventaire, et savoir bien les mélanger ensemble. Faites place à votre imagination et votre logique.

Il nous arrivera parfois d’être bloqué, nous aurons alors la possibilité de cliquer sur le point d’interrogation se trouvant en bas à droite, qui dévoilera 5 astuces en fonction de ce que l’on a découvert. Attention, cette aide n’est pas disponible en permanence, il faut tout de même bien fouiller avant d’en demander. Cet outil n’existait pas il y quinze ans, c’est ce qui rend aujourd’hui Les Chevaliers de Baphomet peu ardu, car on a toujours la possibilité d’avancer. Finis les interminables aller-retour sans réponses !

Phase de dialogue : bulle comme dans les BD

Vous en ferez tout de même, comme dans tout Point&Clic qui se respecte, mais le grand atout de ce jeu est son histoire captivante, mélangeant des faits historiques et des personnages très sympathiques à écouter. Leurs voix sont bien trouvées, George a un accent américain et Nicole une voix de caractère [une brune et parisienne de surcroit !]. Elles restent inchangées depuis l’original, mais on notera une différence de niveau sonore ce qui rend le dialogue moins fluide et montre les modifications du remake qui auraient dû être plus discretes [dommage]. Quant aux dessins, ils nous font penser aux bandes dessinés [accentués lors des passages de dialogue] ou aux dessins animés de notre enfance. Ils ont plutôt bien vieilli, et on appréciera cette 2D ;  le seul hic viendra de la mobilité des personnages qui n’est pas forcément des plus fluides [pour l'époque ok, mais pour un remake il aurait été appréciable que cela fut revisité].

L’ayant testé sur iPad (et non sur iPhone), je peux dire que le tactile apporte son lot de bonnes et de mauvaises choses : la précision n’est pas toujours simple (je n’ose imaginer sur iPhone) mais on finit par réussir ; il suffit d’être un tant soit peu patient et de ne pas non plus s’offusquer sur les 10 pas de Nico ou de George pour traverser une pièce.  Le bon côté vient du tactile lui-même qui permet une meilleure immersion dans l’histoire ;  moins précis qu’une souris ou un stylet (enfin selon la taille de votre index)cependant,  mais bien plus ludique et adapté pour ce genre qu’est le Point&Clic.

Les Chevaliers de Baphomet est  un classique à redécouvrir (pour ceux qui ne se souviendraient plus des tours de passe-passe et de l’intrigue) et à absolument connaître pour les plus jeunes. Le prix est dérisoire sur la plateforme qu’est l’appstore, n’hésitez pas ! L’histoire est prenante et pleine de rebondissements et une fois commencée, vous ne pourrez que la terminer afin de découvrir le mot de la fin en attendant d’acquérir l’épisode suivant.

-

Les plus :

  • Les graphismes n’ont pas pris une ride, très cartoon.
  • Le scénario est passionnant.
  • Les énigmes sont d’un bon niveau

-

Les Moins :

  • Les différences de ton pour les voix dû au remake
  • Mobilité des personnages
  • Synchronisation des lèvres

-

(*) Clown, Il est revenu… c’était facile, je sais, je sais!
LLyza

About the author: LLyza

 Brune à l'extérieure & Blonde à l'intérieur. Kinder powaa !  Rédactrice pour LesGameuses.com depuis sa création (2009), joueuse du dimanche et/ou des transports en commun, quand les crises de boulimie de livre ne m’atteignent pas pendant plusieurs semaines… en me laissant K.O Pour récupérer, une séance de shopping ou de glandage intensif devant la TV permet de faire passer les maudites pages blanches des tests en attente ! Sinon, j'aime la photo, la musique et je suis complètement addict à mon macbook et Les Internettes, je ne passe donc pas une journée sans ma dose d’inutile-donc-indispensable.  http://llyza-laboitedukinder.tumblr.com 

5 commentaires

  1. Jaxx

    Il y a quelqu’un qui relit vos papiers là ? Parce que c’est BLINDÉ de fautes. Et ça pique les yeux.

    À défaut d’avoir une SR compétente, rendez-vous service : installez au moins Antidote.

    A fini par le dire le 12 janvier 2011
  2. LLyza

    Blindé de fautes? Oui en relisant il y a des fautes bien bêtes, que je corrigerai une fois rentrée. Parce que j’ai un boulot, que je ne suis pas rémunérée pour écrire et que j’ai surtout des études de compta et pas de lettre. De là à dire blindé de fautes…
    En tout cas, j’ai une solution pour les yeux qui piquent : ne lit pas ce que j’écris. Cordialement.

    Nous l'a avoué le 12 janvier 2011
  3. Kanzen

    Je vais te corriger Kinder, je m’en voudrais que quelqu’un ait un ulcère rétinien sur un de tes articles.

    Nous l'appris le 12 janvier 2011
  4. masa

    J’avais bien aimé à l’époque, mais maintenant, le fait de voir où se trouve toutes les mécaniques d’un seul touché de l’écran, et bien cela me perturbe plus que autre chose.

    A fini par le dire le 12 janvier 2011
  5. moumoute15

    Les Chevaliers de Baphomet, beaucoup de souvenirs qui remontent. cet article m’a donné envie de l’acheter.

    A craché le morceau le 15 janvier 2011

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top