menu

[Test] Horizon : Zero Dawn #spoilerfree

[Test] Horizon : Zero Dawn #spoilerfree
Editeur/Développeur Sony Entertainment / Guerilla Games
Date de sortie 03/01/2017
Plateformes PS4
Genre Action-aventure
Classification Déconseillé aux moins de 16 ans
Testé par Tempête Digitale

Note

Total average

5/5

Histoire / Ambiance
Immersion / Gameplay
Intérêt / Durée de vie

Ce que j'en pense

J’ai longtemps hésité sur les mots que j’allais choisir afin de parler de ce jeu qui ne m’a pas laissé indifférente.  Devais-je parler du jeu, de ses enjeux, de la philosophie, de ses implications ?  Jusqu’où mener mon analyse ?  Spoiler un peu pour expliquer mes propos ou pas du tout ?  Et puis j’ai mis la BO de ce jeu en fond et les mots sont venus tout seuls, tout comme les frissons en repensant à cette aventure qui m’a touché jusqu’au plus profond de mon âme.

 

Rouge comme l’aurore

(Tous les éléments décrits ici se trouvent soit dans le premier quart d’heure ou dans les trailers)

Horizon Zero Dawn nous raconte, non, nous fait vivre l’histoire d’Aloy, jeune paria dans un monde post apocalyptique.  Un monde où des machines sont devenus la faune et se comportent tels quels.  Certains sont craintifs d’autres agressifs, tous ont un comportement ‘naturel’ et animal.Horizon-Zero-Dawn-aloy-arc

Confiée à Rost, un autre paria, dès la naissance elle grandit en dehors des murs protecteurs de la ‘ville’.  Aloy est une ‘sans-mère’.  Dans cette tribu de matriarches - les Noras - ne pas avoir de mère est la pire des augure.  Ainsi, nous la suivons dès son plus jeune âge, et le lien se fait naturellement.  On serre les dents quand cette petite un peu bourrue se fait insulter, jeter des cailloux.  Le jeu nous autorise tout au long de son scénario à influencer légèrement le caractère d’Aloy.  Parlera-t-on plutôt du cœur ?  Suivra-t-on plutôt la voie de la sagesse ?  Ou sera-t-on forte et brutale ?

Même si ces choix sont répercutés plus tard de manière très subtile sans réellement changer la donne, c’est ce genre de petites choses qui font qu’on s’attache à Aloy.  Elle représentera nos valeurs.  Et puis, dans une transition digne du Roi Lion, voila Aloy l’adolescente (?)/jeune femme prête à participer à un festival annuel de la tribu, mais surtout à une course d’épreuves qui lui permettra, si elle le gagne, de ne plus être paria, mais surtout d’obtenir des réponses sur qui elle est et pourquoi elle n’a pas de mère.

Après avoir cligné des yeux plusieurs fois pour absorber la beauté des décors, on se rend vite compte qu’on se pose exactement les mêmes questions qu’Aloy.  Qui est-elle ?  Que s’est-il passé pour que le monde devienne comme cela ?

 

Un jeu de visée à la manette ? Vraiment ??

Le gameplay est très bien pensé et extrêmement instinctif.  Le focus permet d’avoir une vision x-ray pour non seulement localiser les animaux et les machines, mais également qui détectera les points faibles de celles-ci et les teintera de jaune pendant quelques secondes.  Les touches pour utiliser l’arc sont très bien pensées je trouve : on tient la gâchette L2 pour viser avec l’arc, on tient la gâchette R2 pour tirer la corde et en fonction de celle qu’on relâche en premier, on tirera ou on baissera l’arc.  Pas de visée automatique, le jeu pousse à ce que l’experience de gameplay soit aussi authentique que possible (pour autant qu’on puisse parler d’authenticité dans un jeu post-apo ou on chasse des mastodontes mécaniques à l’arc).

Horizon_2D00_RPG_2D00_3_2D00_610.jpg_2D00_610x0

En plus de son arc pour le combat à distance, on a une lance pour le corps à corps et des pièges pour le plaisir sadique de faire exploser des trucs (la bourrine en moi est ravie).  Aloy apprendra également des capacités qui – entres autres – permettront par exemple d’attaquer depuis des hauteurs, ou de ralentir le temps afin de rendre les combats épiques.  Ce ralentissement sera disponible quasi au tout début du jeu afin de contrebalancer sa difficulté.  Au début on se sentira fébrile lors des premiers combats et au fur et à mesure on se rend compte qu’on y prend de plus en plus de plaisir.  Comme si l’assurance que gagnait Aloy au fil de l’histoire déteignait sur nous.

La courbe de difficulté est bien étudiée.  Dès qu’on croit maitriser le combat, on reçoit une nouvelle leçon d’humilité avec une nouvelle zone, de nouveaux ennemis, une nouvelle dynamique.

En plus de la chasse des machines pour les étriper et récupérer les pièces, il est également recommandé de se pencher sur la ‘vraie’ faune et flore de ce monde retourné à ses origines primales.  Les plantes serviront à faire des flèches (standard ou spéciales), comme de la médecine, des explosifs,  des pièges.  Les animaux quant à eux serviront pour leur fourrure ou leur viande afin de permettre à Aloy de fabriquer des potions, des améliorations ou tout simplement les échanger contre d’autres objets.

3079323-horizonzerodawn_e32016_grazer_1465873571

Assez rapidement, Aloy aura la possibilité de ‘hacker’ certaines machines et s’en servir comme montures.

Personnellement je m’en suis rarement servie tellement j’adorais trainer, flâner et découvrir ce monde si vaste et dangereusement merveilleux.

 

Une ode à la science fiction et à la diversité

Horizon Zero Dawn est un open world.  Non seulement on peut aller où on le souhaite, mais Guerrilla a mis en place un système qui pousse notre curiosité à aller fureter un peu partout.  Entre découvertes, chasse à la créature rare, envie d’aller dans les grottes cachées … tout pousse à explorer.   L’univers de ce jeu est non seulement vaste, mais en plus il est totalement cohérent.  Dès le début cette suspension consentie de l’incrédulité se fait naturellement.  L’attachement au personnage principal mais également à tous ceux qui croisent notre chemin devient très fort au fur et à mesure de l’épopée.

HorizonZeroDawn

Entre les écritures, les symboles, les différentes tribus et leur croyances, les différents systèmes politiques, tout est crédible.  Les quêtes annexes sont des moyens pour se plonger dans ce monde à la fois sauvage et civilisé, et ce ne sont pas des moyens artificiels d’allonger la durée de vie. : il y a une logique.  Elles mèneront à faire des rencontres ou des choix difficiles, forts mais également gratifiants.  Ne faire que la quête principale et ne pas retourner découvrir le reste du monde serait pour moi un gâchis immense.

Le charadesign des protagonistes fait du bien : tenues cohérentes à leur ‘fonction’ (pas de chasseresse en hiver en microkini), diversité des types de peau, nombre de nanas badass, j’ai même vu un personnage ouvertement gay.

On sent très fortement les influences littéraires et cinématographiques diverses et variées, entre Terminator, le Seigneur des Mouches, un chouille de Metal Gear Solid, Matrix mais également Princesse Mononoke.  J’en ai noté une bonne vingtaine dans ma tête, mais tous les énumérer risquerait de spoiler l’histoire et j’ai promis de ne pas le faire.

Le sound design épouse parfaitement les différentes ambiances : entre les commentaires de Aloy, la musique magnifique mais également les bruits que font les machines.  Il m’est très difficile de croire que ce soit la même équipe qui ait fait Killzone qui ait fait un tel bond en avant pour faire ce jeu.

 

Pour finir

Horizon Zero Dawn m’a fait frissonner, pleurer, rire, mais surtout j’ai été émerveillée.  J’étais constamment tiraillée entre mon désir de connaître la suite de l’histoire et le fait qu’en continuant l’histoire je m’approcherai inexorablement de la fin.

J’ai entendu certains critiquer et énumérer des défauts techniques.  Des PNJ non importants avec qui on n’interagit pas sans visage ou une texture de l’eau pas assez réaliste et là je me suis dit : est-ce réellement le but d’un jeu vidéo ?  Devenir une simulation réaliste de ce qu’on connait déjà ?  Est-ce à cela qu’on reconnait un bon jeu ?  A son absence de défauts techniques mineurs ?  N’est-ce pas un peu le mal du siècle : se focaliser sur la forme au risque de perdre le fond des choses ?  Je n’ai pas la science infuse, mais je me pose réellement ces questions.

Horizon Zero Dawn™_20170307205321

Qu’on soit bien clairs : Horizon Zero Dawn est l’un des plus beaux jeu auxquels j’ai eu le plaisir de jouer, mais la chose qui pour moi est bien plus important que ses performances techniques, c’est que ce jeu a une âme.

Je me suis réellement posée la question avant d’écrire ce test : pourquoi j’aime jouer aux jeux vidéo et ce qui était important à mes yeux.  Et là je me suis souvenue que au tout début je stressais avant le premier combat, un peu comme Aloy.  Je me suis souvenue que lors de certaines scènes mes larmes ont coulées.  Je me suis surprise en jouant à me poser certaines questions sur l’univers à voix haute, quelques secondes avant que Aloy les formule dans le jeu.  Pendant certaines séquences, j’ai littéralement retenu ma respiration quand je me cachais pour que de grosses machines ne me remarquent pas.

Pendant une cinquantaine d’heures mon coeur s’est emballé et j’étais Aloy, guerrière aux cheveux de feu, qui parcoure un monde hostile et étrange afin d’obtenir des réponses.  Et je me suis dit que c’est exactement pour cela que je suis une gameuse, tout comme je suis une cinéphile et une geek en général : pour sentir l’adrénaline de vivre une aventure hors du commun (que ce soit pour un comic, un anime, un jeu vidéo, un livre, ou autre).

Tout jeu qui me fait me souvenir pourquoi je suis une gameuse au plus profond de mon être ne peut qu’avoir une note parfaite, peu importe s’il existe quelques défauts techniques (que personellement je n’ai pas vu) et c’est ce que mérite ce diamant brut qu’est Horizon Zero Dawn.

Tempete Digitale

About the author: Tempete Digitale

Il ne lui faut que cinq centièmes de seconde pour se retrouver dans son scaphandre de gameuse. Revoyons la même scène, mais au ralenti...

4 commentaires

  1. mothes

    bon test d’horizon bravo

    A fini par le dire le 16 mars 2017
    • Tempete Digitale

      merci beaucoup. J’ai pris beaucoup de plaisir à l’écrire (même si je me suis réellement retenue afin de ne rien spoiler)

      A fini par le dire le 16 mars 2017
    • Tempete Digitale

      oh merci beaucoup :)

      A craché le morceau le 12 avril 2017
  2. Anne

    Tout à fait d’accord, jeu magnifique à tous les niveaux.
    Un petit bémol tout de même pour les quêtes annexes que je ne trouve pas vraiment passionnantes… Mais l’exploration et surtout la chasse, c’est que du bonheur!

    Nous l'a avoué le 16 mars 2017

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top