menu

[Dossier] The Binding of Isaac

[Dossier] The Binding of Isaac
Editeur/Développeur Nicalis / Edmund McMillen et Florian Himsl
Date de sortie 09/28/2011
Plateformes Steam/PS4/One/WiiU/PS3/Vita/3DS
Genre Action
Classification Déconseillé aux moins de 12 ans
Testé par Tempête Digitale

Note

Total average

4.3/5

Histoire / Ambiance
Immersion / Gameplay
Intérêt / Durée de vie

Ce que j'en pense

Dans quelques jours, The Binding of Isaac Rebirth sortira sur New 3DS, WiiU et XboxOne au US, la sortie européenne devrait suivre peu après. L’occasion rêvée de parler de ce jeu divinement diabolique (ou diaboliquement divin? Je ne sais plus) qui nous pousse du soupir euphorique à la frustration aiguë en quelques minutes.

Mais qu’est-ce que ‘The Binding of Isaac’?

The Binding of Isaac est un Zelda like avec des éléments Rogue-like. Et en français, ça donne quoi entends-je vous dire? Tout simplement un jeu vue de dessus où le but est de nettoyer les étages d’un donjon/labyrinthe en tuant tous les monstres, looter ceux-ci, affronter un boss de fin de niveau et passer à l’étage suivant. L’élément rogue like signifie que les étages/monstres/boss/objets de loot sont générés de manière aléatoire (depuis l’édition Rebirth, il y a un pool de 450 objets à looter). Isaac a un système de combat en temps réel où l’on se sert de ses larmes pour vaincre les affreux pas beaux (et qu’on peut upgrader à outrance si la chance et la force est avec nous).

En ce qui concerne le Zelda like, je laisse le comparatif d’images ci-dessous parler d’eux-même.

Zelda Vs Isaac 1

Zelda versus Isaac

 

Isaac, le jeu du succès

Ce petit jeu tout droit sorti cerveau torturé d’Edmund Mc Millen a été crée purement par hasard. En effet, quand Tommy Refenes (co-créateur de Meatboy et bras droit d’Edmund Mc Millen) est parti en vacances pour fêter le succès de Meat Boy à Hawaï, Edmund s’est retrouvé en vacances ’forcées’. Etant agoraphobe, et donc ne pouvant pas partir, Edmund n’a rien trouvé de mieux que de se donner une semaine (durée des vacances de Tommy) pour faire ce qu’il aime faire le plus au monde: créer un petit jeu. Ayant besoin de se sentir en danger et de se remettre systématiquement en question, il a décidé de rajouter un facteur risque en plus du délai plus que court.

Adolescent, ses passions geeks étaient très mal vus par sa famille ultra-religieuse qui lui disait qu’il irait en enfer quand ils le voyaient avec ses livres de D&D et ses cartes Magic. C’est ce passif compliqué avec la religion qui le poussera au final à choisir l’histoire d’Isaac comme thème principal tout en rajoutant plein d’autres éléments tirés de la bible. L’histoire sous-jacente étant l’impact (positif ou négatif) qu’a la religion sur un enfant créatif.

Passionné par ‘The Legend of Zelda’ sur NES, il en prend les mécaniques tout en rajoutant des éléments Rogue-like pour en faire un petit jeu flash.

Au lieu de la semaine prévue, le développement de ‘The Binding of Isaac’ a pris trois mois et est sorti en 2011. Toutefois Flash a du mal à tenir le jeu ayant pour résultat de nombreuses pertes de framerate, de freeze voir même des crash (et ce même en baissant la qualité au minimum). Les soucis techniques et les crash à répétition n’ont à aucun moment repoussé les fans de la première heure, charmés par l’univers kawaii/glauque à souhait. De plus, la bande son de Danny Baranowsky de très bonne qualité plonge rapidement le joueur dans l’ambiance. La durée de vie quasi illimitée et la prise en main assez simple en font un jeu diaboliquement addictif.

Un premier add-on ‘wrath of the lamb’ rajoute en 2012 de nouvelles typologies d’étages, une nouvelle fin, de nouveaux boss, et de nouveaux objets rallongeant ainsi de manière exponentielle la rejouabilité du jeu. La vraie origine de cet add-on est l’épouse d’Edmund, Danielle. Ayant passé plus de 500 heures sur le jeu, elle lui a réclamé plus d’objets pour pouvoir continuer à jouer. Au final, la majorité des six mois de développement de cet add-on fut dédiée à la résolution des bugs et crash liés à du Flash poussé à bout.

Porté par le succès imprévu d’Isaac et frustré par les défauts techniques en forte opposition avec Super Meat Boy (autre fruit de l’imagination de notre cher Edmund, dont la précision et la qualité du codage est impeccable), il a eu pour envie de refaire Isaac + Wrath of the lamb tout en profitant de cette refonte pour rajouter encore plus de pièges, d’ennemis et d’objets à débloquer au fur et à mesure des parties.

Cette nouvelle version a été produite et developpée par Nicalis. Matthias Bossi et Jon Evans aka Ridiculon ont pris la place pour la nouvelle bande son (même si certains continueront à préférer l’ancienne) et est d’aussi grande qualité que la précédente. Au final, ce Isaac Rebirth est selon les dires d’Edmund ‘le vrai Isaac’, celui qu’il avait eu envie de sortir dès le départ mais qui –faute de budget, de moyens techniques – n’a pu voir le jour qu’en 2014. Fini flash et ses crash intempestifs, fini les bugs qui permettaient de farmer certains boss et d’avoir des cœurs temporaires illimités. Certaines mécaniques ont été repensées pour cette nouvelle version et plusieurs fins se sont également rajoutées. Plus stable, plus fiable, plus grand (plus de floors), plus d’objets (plus de 450), avec une difficulté hard n’existant pas dans la version flash, ce jeu est rapidement devenu une référence.

Zelda Vs Isaac 2

Les références Zelda restent omniprésentes dans Isaac Rebirth

Isaac Vs Isaac

Comparaison Isaac et Isaac Rebirth

A contrario d’Isaac, uniquement disponible sur Steam, Isaac Rebirth a également été porté sur console. D’abord sur Sony (Playstation 4 et Vita) en novembre 2014, le portage vers la Wii U, new 3Ds et XboxOne est prévu pour le 23/07/2015 au US (la date EU n’est pas encore connue mais on vous tient au jus). Une nouvelle extension Afterbirth est prévue dans l’année (de nouveaux objets, nouveaux plans d’étages et boss sont d’ors et déjà visibles sur le blog d’Edmund bindingofisaac.com)

En parallèle du développement de Isaac Rebirth sur les consoles, l’autre moitié de la team initiale, Florian a mis en ligne en mai 2015 un add-on gratuit de l’ancien Binding of Isaac pour les détenteurs de l’extension ‘wrath of the lamb’. Ce mode reste donc en flash, est totalement séparé de la version Rebirth sur steam et consoles et propose des monstres et boss en mode Eternal. Les amateurs de rage-quit apprécieront.

Isaac, le jeu de la spéculation

Le pitch est assez simple et est dévoilée dans une petite cinématique avant la sélection de la partie, je ne vous spoile donc pas vraiment. Isaac vit avec sa mère dans une petite maison. Quand un jour, elle entend une voix (celle de Dieu ?) lui demandant de sacrifier son fils. Couteau en main, elle poursuit son fils qui s’enfuit dans sa chambre. Par chance il découvre une trappe sous le tapis lui permettant de fuir sa mère mais le plongeant dans un environnement terrifiant.

screen Isaac

ATTENTION SPOILERS (surlignez ci-dessous pour voir le texte…)

Plusieurs théories circulent toutefois quant au symbolisme utilisé par Edmund et les significations derrière certains choix. Certaines sont plus crédibles que d’autres, mais toutes rajoutent à l’ambiance et à l’aura du jeu. Certains parleront d’une petite sœur (Maggy) décédée par la faute (ou pas) d’Isaac, brisant le couple parental , expliquant la disparition du père et la descente dans la folie de la mère. D’autres parlent d’une projection d’une culpabilité (réelle ou pas) par Isaac et sa descente en enfers (qui symboliserait son envie de suicide). Il éxiste également une théorie expliquant pourquoi chaque personnage à le nombre de cœurs qu’il a en fonction de la théorie engendrée. En tous les cas, ce qui frappe, est une cohérence à toute épreuve des éléments du jeu.

A plusieurs reprises, une maltraitance est insinuée (un morceau de charbon: mon cadeau de Noël, du caca: mon petit déjeuner, etc. …)

Une théorie a même retenue l’attention d’Edmund himself: http://www.twinfinite.net/2012/10/01/

big-sloppy-slomper-chompers/3/

FIN DU SPOILER

Isaac, le jeu de la vie

Dans sa dernière version, et ce malgré une partie durant entre 15 secondes (pour les plus maladroits) et une heure, on estime une durée de vie totale de Rebirth à plus de 500 heures (ceci se verra encore augmentée lors de la release d’Afterbirth). Etant un rogue-like, il faut jouer et jouer et jouer encore pour débloquer les différents personnages jouables, les niveaux, tous les objets, les boss et le titre ultime de ‘Real Platinum God’ (titre obtenu en débloquant tous les objets, les secrets et les challenges). Perso j’en suis à 150 heures sur steam et 140 sur Vita et je suis très loin d’en avoir fait le tour. Pas grave, Afterbirth arrive bientôt et rajoutera non seulement de l’histoire mais également des challenges, des objets et donc des centaines d’heures de plaisir masochistes ( un peu comme Demon Soul en version 1h et kawaii).

Isaac, le jeu de la mort

Vous allez mourir. Souvent. Et vous allez aimer ça ! La difficulté est pour moi un des atouts majeurs de ce jeu car extrêmement bien pensée et bien dosée. On se met soi-même la pression quand on a un excellent objet au démarrage car on a pas envie de le perdre. Un objet pourri par contre rendra le niveau plus difficile à finir mais laisse une réelle satisfaction quand on y arrive. De plus, l’élément random fait que pas deux parties se ressemblent même si un ou deux objets sont les mêmes. Au fur et à mesure de ses erreurs, on apprend les objets à prendre, ceux à laisser absolument et surtout on se souvient des différentes alchimies entres objets. La courbe d’apprentissage est très bien pensée.

Isaac, le jeu du casual gaming

Et là je vous entends hurler à travers l’espace-temps jusqu’à mes oreilles au moment où je tape ces mots. Vous avez bien lu, je trouve que c’est un jeu parfait pour du casual gaming. Même si ce jeu nécessite un réel investissement de temps pour débloquer les objets et gagner en skill, après un certain moment, on peut parfaitement se faire une petite partie sans en refaire une deuxième après. Ce jeu peux être chronophage, mais pas de la même manière qu’un RPG ou un MMO. Un petit Azazel peux être plié en une demie heure de bonheur alors que la souffrance d’un The Lost vous mènera soit au rage-quit, à la fin d’une game de plus d’une heure ou à une mort terrible après quelques secondes. Aussi, cette version Rebirth permet de quitter la game à n’importe quel moment et de la reprendre exactement au même endroit sans soucis.

Isaac, le jeu des geeks

Edmund Mc Millen aime les jeux. Isaac est bourré de références à des jeux cultes tels que Zelda, Castlevania, Bomberman, Asteroids, Mario, Super Metroid, Spelunky et bien plus encore. Les grands malades de Gamepedia http://bindingofisaacrebirth-fr.gamepedia.com/ (que j’embrasse d’amour) ont référencé tous les objets et les références détectées (le site est mis à jour régulièrement).

Voici quelques exemples d’hommage :

Phantoon Metroid

Phantoon de Super Metroid…

Castlevania Simons Quest VS Isaac

… Castlevania II…

Error Zelda VS Isaac

… mais surtout Zelda!

Mario Isaac

Et un p’tit peu Mario

Quelques derniers fun facts sur The Binding of Isaac

- Le nom ‘The Binding of Isaac’ ne fait pas uniquement référence à l’histoire biblique mais également – dans sa structure – à ‘The Legend of Zelda

- le bruitage quand on ramasse une clé est la même que celle dans Super Meat Boy et vient initialement de Gauntlet

- l’objet spoonbender fait référence à Uri Geller

- Isaac porte le soutien-gorge de maman quand il l’a de la même manière que dans le film ‘Weird Science

- le Nécronomicon fait évidemment référence au film Evil Dead

- l’objet Ludovico technique fait référence au film Orange Mécanique

Pour finir…

A mon avis, ce jeu est une petite perle à essayer absolument. On sent l’implication de son créateur au fur et à mesure du temps qu’on y passe. L’ambiance gore-mignon mélangé à une BO sublime pousse à passer encore plus de temps dessus.

De plus un add-on est prévu cet année, il va falloir les trouver les 500 heures pour en faire le tour avant sa sortie!

Note: rire nerveux hystérique/10

Si vous voulez voir une excellente interview d’Edmund Mc Millen, c’est par ici :

le site officiel d’Edmund Mc Millen: http://bindingofisaac.com

Tempete Digitale

About the author: Tempete Digitale

Il ne lui faut que cinq centièmes de seconde pour se retrouver dans son scaphandre de gameuse. Revoyons la même scène, mais au ralenti...

3 commentaires

  1. Thomas

    Bonjour,
    J’étais persuadé qu’il sortait aujourd’hui sur 3DS, mais il semblerait que ce ne soit que la sortie US..
    Après avoir pleuré, j’ai recherché la date de sortie européenne mais en vain.
    La connaissez-vous ??
    (ma petite Nintendo est un poil impatiente)

    A fini par le dire le 23 juillet 2015
    • Tempete Digitale

      Hélas, la communication au départ d’Edmund MC MILLEN et Nicalis n’était pas claire et laissait sous entendre que la sortie du 23 était une sortie globale (=mondiale). Du coup, il semblerait que seul l’accord Nintendo Europe manque pour une sortie globale EU. Je vais adapter l’article pour préciser que cette sortie de juillet ne concerne malheureusement que les US.

      Mais j’attend également avec impatience ces autres versions et je n’ai aucun doute que j’y jouerais avec autant de plaisir que sur la version steam + vita .

      Je sais que le studio et Edmund communiquent beaucoup par le tumblr et twitter. Affaire a suivre donc

      N'a pas pu s'en empêcher le 24 juillet 2015
      • Thomas

        Merci pour la réponse !!
        J’y joue déjà très (trop) souvent sur Steam, je ne préfère pas savoir combien d’heures je vais passer sur la version 3ds..
        Espérons que Nintendo Europe donne son accord, et fissa !!
        =)
        Il ne me reste plus qu’à rafraichir frénétiquement le compte twitter de Mc Millen !
        ^^

        N'a pas pu s'en empêcher le 24 juillet 2015

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top