menu

default_defaut

[Rencontre] Tore Blystad, Game Director d’Hitman Absolution


C’est au cœur de la Paris Games Week que Les Gameuses ont pu participer à une table ronde en présence du Game Director de Hitman Absolution : Tore Blystad. Durant 30 minutes, il a accepté de répondre à nos questions. Une occasion unique pour en apprendre un peu plus sur le développement d’un jeu aussi attendu que le nouveau Hitman. C’est également la possibilité de comprendre l’évolution de la licence face à ses concurrents contemporains, grâce aux détails partagés par Tore Blystad.

 
 

 

Hitman Absolution représente la consécration de 6 ans d’attente pour les fans du tueur chauve à la voix de roc. Cependant en 6 ans, le hardware a évolué, les joueurs ont évolué, et par conséquent les jeux aussi. La sortie de Call Of Duty Modern Warfare en 2007 a marqué le milieu à jamais. Virage déjà amorcé par des licences comme Gears of War entre autres, le jeu vidéo doit devenir spectaculaire. Hélas, un jeu d’infiltration comme Hitman, où l’élimination de la cible doit être la plus discrète possible, risque de nos jours de ne pas trop attirer le joueur grand public en mal d’action. La patience n’est plus vraiment le point fort des joueurs. Même les puristes de la licence ont modifié leur style de jeu depuis Hitman 2.

 

 

C’est pourquoi le jeu a subit une sorte de lifting. Désormais, l’Agent 47 pourra switcher entre discrétion et action. Pour Tore Blystad, cela n’a rien d’étonnant. Dans la vraie vie, aussi pointu soit votre plan d’infiltration, si ça foire, ça foire. Et à ce moment-là, on sort le fameux plan B en improvisant comme on peut. Le plus simpliste est d’éliminer tous les témoins, mais c’est un peu dangereux. Pourquoi ne pas plutôt se cacher dans ce placard le temps que la situation se calme, puis repartir une fois les gardes un peu moins sur le qui-vive. La volonté principale que l’équipe de développement a voulu mettre en avant est d’obliger les joueurs à réagir vite. Ne pas hésiter à avoir recours à des « Little dirty tricks » si les gardes repèrent le joueur. Hitman Absolution est ainsi régi par un cycle de gameplay plus rapide.

 

 

Du coup, se pose la question de la similitude sur l’évolution des licences Hitman et de Splinter Cell. Ces franchises ont toujours été comparées, de même que Metal Gear ou Deus Ex, car toutes empiètent sur le même terrain de jeu. Mais alors que les deux jeux (Hitman / Splinter Cell) étaient basés sur l’infiltration, l’évolution du JV mais également de l’Agent 47 et de Sam Fisher poussent désormais à l’action. En effet, les joueurs sont plus pressés, moins attentifs, et ne peuvent (ne veulent ?) se permettre de passer 30 min juste pour avancer d’un point dans le jeu.

On vante le retrogaming comme « le bon temps », les jeux étaient moins kikoolol, il fallait vraiment le mériter pour parvenir à la fin d’un jeu. Mais pour Tore Blystad, c’est devenu trop punitif. Les joueurs lâcheront la manette bien avant. C’est pourquoi notre Game Director chevelu et facétieux se veut confiant à propos d’Hitman Absolution, convaincu que les astuces gameplay développées plairont aux joueurs.

De surcroît, Tore Blystad met en avant l’énorme travail qui a été accompli sur l’IA pour que cette dernière soit plus réaliste et plus combative. Les ennemis essaieront de vous contourner, de vous surprendre en s’associant. À moins que vous n’ayiez pu éliminer les gardes en silence, à ce moment-là, vous pourrez avancer tel un ninja.

Car c’est là que réside l’ADN de la licence. Ces niveaux relativement grands aux multiples possibilités pour éliminer la cible. À vous de voir si vous désirez rentrer par la porte d’entrée d’un hôtel vêtu du costume du portier, ou bien par la ruelle d’à-côté après avoir endormi les 2 employés en plein travaux. Et encore, il reste la possibilité de s’infiltrer par les égouts. Et qui sait, est-ce que le toit de l’hôtel voisin ne communique pas avec celui de l’hôtel de la cible ?

 

 

Mais rassurez-vous, vous ne serez pas perdus. Les développeurs ont pensé à vous et ont mis en place le mode « instinct ». Ce dernier permet de discerner rapidement les éléments interactifs du décor autour de vous, mais également d’anticiper la trajectoire de déplacement des gardes lorsque vous êtes proches d’eux.
Tore Blystad se rappelle de la carte de niveau qui était disponible dans les anciens Hitman. On y voyait clairement la cible, et les déplacements qui lui étaient alloués. C’était du coup un peu trop facile, un véritable « god mode ». Le mode instinct conforte donc la volonté des développeurs de pousser les joueurs à réagir vite. Un outil d’ailleurs indispensable puisque l’IA a tellement été travaillée que sans le mode instinct pour filer un coup de main, il serait trop difficile pour le joueur non aguerri de surmonter le caractère désormais imprévisible de l’IA.

Heureusement, une autre des nouveautés de ce Hitman est l’apparition des checkpoints, disposés de manière tactique avant chaque grosse phase de jeu délicate, pour ne pas avoir à tout recommencer en cas d’échec. Le goût du risque et de la récompense après un challenge. Très frustrant de repartir à 0 suite à une petite erreur d’inattention.
Mais sachez que dans le mode « puriste », ces checkpoints ne seront pas là ! Le mode puriste représente le niveau de difficulté le plus élevé. L’interface est allégée au maximum (ne subsiste que le crosshair hahaha), les ennemis sont beaucoup plus badass, la jauge d’instinct ne remonte pas toute seule avec le temps. C’est LE GROS DÉFI de Hitman Absolution. D’ailleurs Tore Blystad ne croit pas un seul instant qu’un joueur puisse parvenir à boucler le jeu en mode puriste. Il attend de voir ça avec impatience. C’est en théorie possible bien sûr, mais il faudra bien s’accrocher (il faudra rester attentif au niveau des joueurs coréens je pense :D ).

 

 

En ce qui concerne l’histoire, Hitman Absolution se démarque de ses prédécesseurs en mettant en avant un scénario bien mieux construit et plus engageant. Il ne s’agit plus d’une simple succession de missions, ce qui donnait un côté décousu aux titres précédents. Ce nouveau Hitman s’intitule Absolution car l’Agent 47 décide de respecter la dernière volonté de Diana Burnwood, son contact au sein de l’agence ICA, afin d’obtenir un semblant d’absolution.

C’est d’ailleurs assez paradoxal puisqu’une troupe d’assassins est envoyée par l’ICA pour éliminer 47. Or, ces 8 assassins sont aussi talentueux que lui, et disposent des mêmes compétences, dont la possibilité de se déguiser. Cela fait beaucoup rire Tore Blystad, car il s’avère que ces 8 assassins sont des femmes déguisées en nonnes.

Cela remonte à l’époque d’Hitman 2. L’équipe de développement souhaitait à tout prix intégrer des nonnes, mais ça n’avait jamais été validé. À se demander pourquoi ^^’ Seulement voilà, en 2012, le JV a évolué et se rapproche énormément d’un autre média : le cinéma. Or, chaque niveau d’Hitman Absolution suit une approche cinématographique. Une occasion rêvée pour enfin parvenir à introduire des nonnes dans Hitman. Un côté film approfondi grâce à une musique dynamique qui évoluera en fonction des actions du joueur. Musique et IA fonctionnent et réagissent ensemble. C’était un véritable défi pour Tore Blystad et son équipe, puisque concilier un monde ouvert aux multiples possibilités et cet aspect cinématographique n’est pas chose aisée. En effet, un film est scénarisé plan par plan, storyboardé, shooté à plusieurs reprises. Alors que dans les jeux vidéo, rien n’est prévu comme ça (sauf pour les Call of Duty, mais ce n’est pas le sujet. On parle de jeu vidéo là ;) ).

 
 

 
 

Tore Blystad conclut en disant que Hitman Absolution comportera certainement des défauts aux yeux des fans, mais qu’il faut reconnaître que le jeu essaie d’introduire plein d’idées, plein de possibilités, et qu’il a tout le potentiel d’un grand titre. D’ailleurs le Game Director ne s’étend pas trop sur l’existence d’un prochain Hitman et glisse entre deux rires qu’ « Il y a toujours quelque chose en préparation, mais impossible d’en parler. »

 
 

 
 

Un grand merci à Catherine pour nous avoir donné l’occasion de réaliser cette rencontre :)

 

Rougenoirblanc

 

3 commentaires

  1. Neitsabes

    Tore o/.

    Trop cool ce monsieur !

    A partagé sa vision des choses le 9 novembre 2012
  2. Flo

    Je n’en peut plus de voir tout ces articles sur Hitman Absolution… JE VEUX Y JOUER!!! >8D

    Nous l'a avoué le 9 novembre 2012
  3. ashley

    hitman absolution c’est le reve d’une femme c’est hors du commun.

    A partagé sa vision des choses le 23 novembre 2012

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top