menu

Limbo

[Test] Limbo


Plongeon dans les limbes…

Limbo… un nom qui pourrait porter à confusion pour certains : non, il ne s’agit pas d’un jeu où on doit passer sous une barre… sauf si on a 5 ans, qu’on se trouve dans une pénombre inquiétante… et que cette barre est acérée de pointes… Car pour ceux qui n’auraient pas entendu parler de ce jeu sorti il y a peu sur le Xbox LIVE arcade, je l’ai pour ma part visuellement découvert lors de la soirée « Summer of Arcade » organisée par Xbox… et j’ai tout de suite éprouvée ce désir malsain de l’essayer (merci AH ; ).

Car ici Limbo, ce n’est pas cette danse exotique mais bel et bien la traduction de limbes. Les limbes, lieu mythique où se retrouvent enfermées à jamais les âmes des enfants morts avant d’avoir pu être baptisés (issu de la religion catholique). Cet endroit – non loin de l’Enfer - est censé être le lieu où les âmes impures doivent faire pénitence à jamais, mais ne sont pas censé souffrir… et dans Limbo, on souffre.

Limbo est un jeu de plateformes-réflexion avec ce que les pro appellent un système de progression par l’échec… c’est-à-dire que vous vous baladez tranquillou et d’un coup !… vous mourrez ^^’ et vous devez trouver le moyen d’éviter que ça se reproduise ^^’ Mais ce qui fait réellement l’originalité du jeu, c’est sans aucun doute son ambiance atypique : glauque, malsaine, dérangeante, choquante… Vous voulez avoir une idée de quoi je parle ? Cliquez sur la vidéo ci-dessous (âmes sensibles, ne pas regarder cette bande-annonce !) :

Pour ceux qui aurons regardé le teaser ci-dessus et qui en seront ressortis indemnes (et qui n’ont pas été perturbés par la Pub… grrrrr !!!)… je vous invite à lire la suite.

Limbo est donc un jeu malsain (nasty comme disent les anglophones) : vous y incarnez un petit garçon – à qui je donnerai à vue de nez 5 ans – et votre unique objectif est… la survie !

Aucun scénario : vous vous réveillez dans une forêt sombre et commencez à avancer dans la pénombre, à la recherche de quelquechose, de quelqu’un, probablement d’une sortie ? Aucune musique, juste un silence oppressant ponctué de bruits étranges, des souffles, des grincements, des cliquetis… Et d’un coup, sans trop comprendre comment c’est arrivé, vous mourrez !

Mais vous ne mourrez pas comme dans un Mario – tombant dans un trou accompagné d’une musique rigolote – ou un Pokemon - affalé à terre, épuisé (mais pas vraiment mort hein ?). Ici, malgré l’absence de la couleur rouge (tout est en camaïeu de gris), excusez-moi l’expression mais… ça tâche ! Empalé par une araignée géante, écrasé par un rocher (le gros gabarit, à la Indiana Jones), découpé par une énorme roue dentée ou noyé dans une eau croupie… voilà ce qui vous attend !

Alors d’accord, ce n’est pas le premier jeu où on meurt de façon disons dégueu (cf, le 1er Prince of Persia…). Mais le fait qu’on soit un petit garçon tout mignon (avec ses p’tits yeux ronds qui clignent), seul, perdu, qui meurt de façon atroce, c’est déjà limite. Mais pour moi, ce que j’ai trouvé de plus choquant, c’est que d’autres enfants de votre âge cherchent votre mort ! Parce que les araignées géantes, elles ont faim ; les scies, les pieux, les pièges à loups, bin c’est des objets… mais quand ce sont des enfants qui actionnent une valve pour vous noyer, ou une manivelle pour actionner une machine qui vous découpe en rondelles… bin c’est beaucoup plus glauque ^^’

Donc, on meurt souvent. Mais le but d’un jeu-vidéo, sans quand même d’avancer, de survivre… alors on tente de résoudre ces énigmes étranges pour tenter de survivre… jusqu’au prochain piège. Et là, ça peut vaguement ressembler à un a Boy and his Blob, sauf qu’on est seul.

Le p’tit bonhomme n’est pas très grand, il ne saute pas bien haut ni très loin, gare aux chutes. Et il ne sait pas nager, quand l’eau lui arrive à la tête, il se noie. Il n’est pas très costaud non plus. Il va vous falloir faire appel à toute votre ingéniosité pour comprendre que – par endroit – il va falloir tirer une caisse pour atteindre un interrupteur pour mettre en marche une roue dentée, qui va libérer le passage… mais aussi vous foncer dessus pour vous démembrer ! La combinaison des actions avec les éléments du décor amène l’aspect réflexion et votre aptitude à les éviter avec vos petits ‘moyen’, la plateforme.

C’est donc cette ambiance atypique qui fait toute l’originalité et l’attrait du jeu. Retirez l’ambiance et vous aurez un banal jeu de plateformes- réflexion… un jeu de réflexion vraiment très court en plus ! Pour moi qui ai 2 mains gauches, qui aie donc buttée je-ne-sais combien de fois et qui me suis prise tous les pièges évidents… sans chronométrer, je dirais 4h max. Si je compare avec DeathSpank que j’ai testé la semaine dernière et qui coûte le même nombre de points Xbox (1200)… bin y’a pas photo, ça fait chère l’heure ^^’

Mais bon, étrangement on reste scotché (un peu squizo ?). Le p’tit côté sadique qui sommeil (ou le complexe du super héros ?) en chacun de nous, nous pousse à continuer. C’est comme un bon film d’angoisse : on sursaute toutes les 2 min, on râle parce que « c’est facile »… mais on lâche l’affaire ^^’

Et visuellement, il faut bien avouer que c’est bien foutu. Un genre de spectacle de marionnettes en ombres chinoises dont vous dirigez la plus petite et la plus fragile des marionnettes…

Pour moi, Limbo restera une ‘bonne’ expérience. Le genre de jeu qui laisse une marque – ou plutôt une tâche – dans l’histoire du jeu vidéo. Ce n’est pas le meilleur jeu de l’année, pas le plutôt original de la décennie… mais il y a quelque chose. Et ceux, malgré son côté malsain… qui aurait cru qu’on pouvait prendre ‘du bon temps’ en voyant un môme se faire déchiqueter dans un piège à loup ? Et en sortant de cette expérience, je ne crois pas avoir besoin d’une psychanalyse et je n’ai pas eu envie de sortir trucider des enfants dans la rue… donc tout va bien… je crois…

Les Plus :

- Ambiance vraiment atypique et graphiquement intéressante
- Énigmes parfois retorses
- Motivation supplémentaire : sauvez ce pauvre petit garçon :’ (
- Vraiment innovant : un jeu sans prétention mais qui va marquer l’histoire du jeu vidéo… qu’on aime ou pas…

Les Moins :

- Perso, j’aime pas la pénombre, les enfants sadiques, les araignées, les eaux profondes, les pièges à loup… pourquoi tant de haine :’ (
- Zéro scénario et aucune musique (quelques bruitages)… c’est surement voulu mais ça fait un peu cheap quand même Oo
- On avance dans le jeu en tuant le pauvre p’tit gars… concept un peu glauque ^^’
- Jeu vraiment trop court (moins de 4h !!) et dématérialisé (impossible de faire partager l’expérience aux copines :’( ) !!!!

Note globale : 4/5

Titre : Limbo

Plateforme(s) : Xbox 360 (exclue XBLA)

Catégorie : Plateforme / Réflexion (/ Glauque)

Date de sortie Fr : 21/07/10

Classification : 18+

  1. Nyow

    J’ai vraiment adoré ce jeu. Un réel plaisir du début à la fin.
    Et c’est prise de tête, parfois difficile en apparence, alors qu’en fait la solution est d’une logique et d’une simplicité affligeante… et non, j’essaie toujours d’y aller à la méthode bourrine, mais ça ne marche pas.

    Un univers vraiment prenant, burtonien à souhait, mélange entre l’enfance et l’horreur.

    Vraiment c’est une petite merveille à tester de toute urgence.

    Nous l'a avoué le 5 septembre 2010

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top