menu

ToS_DotNW

[Test] Tales of Symphonia : Dawn of the New World


« La suite ! La suite ! »

Presque 1 an et demi après sa sortie au Japon, la suite de Tales of Symphonia (GameCube – 2004) arrive ENFIN sur notre beau continent… alors ceux qui ont un peu suivit l’actu et ont vue passer des screenshots et des vidéos alléchantes, on va enfin savoir si la suite nous donne les réponses qu’on attend depuis si longtemps… mais d’abord, petit flashback…

Dans le 1er épisode, Lloyd – un héros un peu tête brulé mais le coeur sur la main – décide de venir en aide à Colette – la quintessence de l’altruisme… et de la maladresse ^^’… et accessoirement être Élu – dans sa quête pour redonner vie à l’arbre Mana et ainsi sauver le monde. Au cours de celle-ci, ils rencontrerons de nombreux personnages qui tour à tour les aiderons… voir leur mettrons des bâtons dans les roues… Bon, là je vous l’aie fais super courte, mais normalement le scénario est quand même un peu plus profond que çà ^^’

Aussi, pour ceux qui ont joué au 1er opus, c’est un vrai plaisir de se retrouver dans ce même monde, 2 ans après et de recroiser à nouveau la plupart de leurs compagnons d’autrefois. Par contre, si vous n’aviez pas joué à ce 1er épisode ou si vous ne l’aviez pas fini… vous risquez de vous sentir un peu largué aux fréquentes évocations des évènements et héros passés (ou faite comme moi, allez faire un tour sur Wikipédia pour lire un résumé… ok c’est du spoil… mais à part se procurer une GameCube et un exemplaire du 1er épisode… je vois pas d’autre solution pour être au parfum ^^’)…

Donc voilà, vous commencez ce 2e opus dans la peau d’Emil, jeune homme de personnalité assez effacée, le jour même où ces parents sont assassiné devant ces yeux… par Lloyd (et oui, vous avez bien lu, le héro du 1er TOS !) !! Dans la cohue, il trouve quand même le moyen de sauver une jeune fille – Marta – qui va tomber amoureuse de lui et décidé de le suivre à la poursuite de l’assassin de sa famille. Emil poursuit donc Lloyd par esprit de vengeance mais tous ensemble ils recherchent avant tout la vérité : pourquoi Palmacosta a-t-elle était attaqué et que signifie tout ces changements climatiques soudains…

Marta, adepte de Ratatosk le seigneur des monstres, fait d’Emil un chevalier dont les pouvoirs lui octroient la faculté de se battre et de commander aux monstres, par l’entremise de son acolyte Tenebrae, Centurion de l’Ombre (une sorte de panthère noire éthérée… et parlante !). L’association du pouvoir de la sphère présente sur le front de Marta, du Centurion et des monstres capturé octroierons à Emil des pouvoirs de plus en plus puissants au fur et à mesure de son expérience… et de ses captures !

En effet, il existe dans ce monde des monstres issus de 8 ‘éléments’ (Terre, Eau, Glace, Lumière, Ténèbres, etc.) avec lesquels Emil peu établir des pactes et ainsi les utiliser au combat avec leurs spécificités propres (donne lieu à des combinaisons classiques en RPG type : les monstres de feu sont très puissants face aux monstres de glace, etc.)… il devra donc tous les attraper (mais non, c’est pas comme Pokemon ^^’) et les faire évoluer pour s’en servir au mieux.

En dehors de cette collectionnite, Emil et Marta croiserons le chemin de personnages issus du 1er épisode, qui proposerons de les suivre un temps pour savoir se qui se trame… Lloyd étant – avec Colette – le sauveur du monde, tous se demandent se qui a bien pu se passer pour que celui-ci se reconvertisse en assassin… Pour celà, vous devrez revisiter les anciens lieux explorés dans le 1, comme la Ferme Humaine ou les Ruines de Liet, en pleins bouleversements climatiques à cause du Mana perturbé. Durant toute la trame du jeu, on assistera donc à de nombreux ‘clins d’oeil’ au 1er épisode : personnes, lieux, anecdotes, etc.

Cependant, ce retour aux origines pourra donner à certains l’impression de Namco-Bandaï n’a pas fait de réel effort de création et s’est contenté de reprendre d’anciennes map et de les redessiner aux goûts du jour… à méditer. De plus – et c’était déjà un défaut dans le 1er – on fait souvent des allés-retours pour débloquer des portes/ascenseurs, et comme les monstres repopent très vite, refaire un couloir en sens inverse 2-3 fois peux vite prendre plusieurs dizaines de minutes… parfois rageant (surtout quand on se fait tuer bêtement au 3e passage… et qu’on avait pas croisé de point de sauvegarde depuis longtemps ^^’).

Mais bon, il faut bien avouer que malgré ces petits travers plus ou moins stressant, Tales of Symphonia : Dawn of the New World est tout de même un très bon RPG, surtout pour la Wii qui donne parfois l’impression de n’être capable que de nous sortir des flots de partygame aux graphismes ultra simplistes… aussi on est plutôt heureux quand un vrai jeu (solo) avec des vrais graphismes, un vrai scénario et une vraie profondeur pointe le bout de son nez… même si c’est une suite… Sur ce point, on peut d’ailleurs dire que la trame a était bien respectée et que ce 2e épisode suit parfaitement le 1er et nous permet ainsi de retrouver des personnages clés qui en avait fait le succès.

En clair, que vous ayez était adepte du 1er Tales of Symphonia et que vous vouliez connaître la suite ou que vous soyez simplement un adepte des RPG ‘à trame’, vous ne pourrez qu’être séduit par l’univers toujours aussi attrayant de la saga des « Tales of », qui nous propose sur Wii son dernier mais non son moindre descendant… et pourvu que çà dure (comme dirait la maman de Napoléon ; )

Les Plus :

- Une véritable continuité entre l’épisode de 2004 et celui-ci : c’est très agréable de retrouver ses repaires
- Un scénario très abouti avec des personnages mystérieux à souhait
- Un phénomène de collectionnite qui vous donnera envie de vous battre toujours plus pour récolter le plus de monstres possibles… peu pas mal rallonger la durée de vie déjà raisonnable !

Les Moins :

- Ceux qui n’ont pas joué/fini le 1er épisode risque d’être parfois un peu perdu dans les méandres du scénario (nombreuses références aux précédents évènements)… mais les familiers aurons un fort goût de ‘déjà-vue’… pas glop !
- On fait pas mal d’allés-retours souvent pour pas grand chose… et des cartes des ‘donjons’ permettraient d’y voir un peu plus clair… mais bon…
- Des graphismes légèrement polygonés (Wii oblige)… on rêve d’un épisode 3 sur console HD :’ )

Note globale : 3,5/5

Plateforme(s) : Wii (exclu)

Catégorie : RPG

Date de sortie Fr : 13/11/09

Classification : 12+

1 commentaire

  1. Yggy

    Dawn of the new world est pour moi une grosse déception : j’ai bien apprécié la qualité des combats proposés, ainsi que les scénettes qui étaient beaucoup mieux que dans le premier opus, et sans oublier le fait de pouvoir retrouver sylvarant et tesseha’lla dans une nouvelle histoire, mais que de déception ! Pour commencer, on ne peut meme pas voyager, on arrive sur le « terrain », on voit un globe, on clique sur notre destination et on y arrive instantanment… Franchement, qu’est-ce que ça leur coutait de faire comme dans le premier opus, puisque tous les décors étaient déjà crées ? Il n’y avait qu’à repiocher dedant, les retaper un peu et c’était bon ! Autre chose : je n’ai vraiment pas apprécié la limite de niveau pour tous les personnages du premier opus qui ne peuve pas dépasser le niveau 50, c’est vraiment n’importe quoi. L’intrigue n’est pas trop mauvaise, mais dans le premier opus, on s’attachait réellement aux personnages, on les aimait, alors que là… Aucun attachement à Émil ou Marta de mon côté, en plus il n’y à pas grand chose à faire dans ce jeu en dehors de l’intrigue : dans le premier opus, il y avait plein de quetes annexes : les combats cachés du colisée, abyssion, les armes maudites, les armes ultimes, le livre maudit, et j’en passe, alors que là il n’y à qu’une seule chose, que certains comparent à Pokémon (e ils n’ont pas tort), car en effet dans ce jeu la seule chose à faire en dehors de la quete principale c’est de capturer un max de monstres, alors, amateurs de pokémons, prêts ? 3…2…1… Attrappez les tous ! – »

    A craché le morceau le 2 août 2013

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top