menu

default_defaut

[Test] New Super Mario Bros. 2


Qui veut gagner de l’argent en masse ?

Attention, grande référence…

Si New Super Mario Bros. 2 est le petit frère de New Super Mario Bros. sur DS, auquel il emprunte les codes graphiques et l’esthétique générale, il succède également à New Super Mario Bros. Wii dont on retrouvera le système de bulles en mode multijoueur et l’environnement sonore…


Je tiens à préciser que je découvre plus ou moins l’univers du plombier jardinier avec cet opus, n’ayant que récemment mis la main sur Super Mario Bros. 1 et 3 sur Nes. :)
Je n’ai pas été perdue dans le jeu pour autant ! C’est ça, la magie de Mario.





Un concept qui s’essouffle.


On retrouve dans NSMB2 des environnements tels que les châteaux de mi-parcours, les Ghost Houses, et la queue de Tanuki permettant de s’envoler vers les cieux (ou les plafonds) qui ne sont pas sans attendrir les fans des premières heures et des suivantes (les bases : une valeur sûre).


Mais bien que cet opus 3DS s’essaye sans conteste à un retour aux sources supposé sans risque, il n’est clairement pas au niveau de ce que l’on pouvait attendre de lui. Du déjà-vu, une durée de vie assez ridicule (6 à 10h de jeu pour l’aventure principale) et une 3D absolument pas mise à contribution, NSMB2 laisse un arrière-goût amer…

Pour le moment, la magie de SMB3 semble perdue, mais les équipes de Nintendo continuent à se saigner pour la retrouver. C’est à se demander s’ils sont les seuls à y croire encore.

Mais pour innover et tenter d’esquiver l’étiquette de « l’épisode Mario de trop », ce nouveau jeu est centré autour d’un objectif à la Picsou : la collecte frénétique de pièces d’or, en vue d’un million significatif qui semble toutefois bien loin. Une thématique basée sur l’enrichissement donc, censée inciter le joueur à ne pas se contenter d’aller d’un point A à un point B, et voire même à relancer l’idée d’une rejouabilité ad vitam (ou presque).

Ainsi, il s’avère qu’arriver à la fin d’un niveau, d’un monde ou même de l’aventure principale ne représente qu’une petite portion de l’intérêt porté à NSMB2 ; en effet, les compteurs de vie comptent à présent 3 chiffres, les 1-UP étant distribués à tout va tout le long des parcours. Le défi est donc assez léger puisque le joueur craint d’autant moins l’échec et la perte de ses vies. J’en profite pour ajouter qu’en matière de boss de mi-parcours et de fin de parcours, je m’attendais à beaucoup plus compliqué que ce que j’ai trouvé dans ce jeu. C’est répétitif, et ce n’est pas très gratifiant.


La difficulté n’est pourtant pas totalement inexistante puisque pour chaque niveau de chaque monde, vous pourrez vous mettre à la recherche de 3 grosses pièces qui, une fois accumulées de niveau en niveau et de monde en monde, vous permettront de débloquer des itinéraires bis et des salles particulières. Toujours dans un esprit de collecte de tout ce qui bouge, bien entendu. Vous aurez alors accès à des stages ultimes…





Picsou, wouhouuu !


Ceci étant dit, le véritable objectif pour le joueur, plus que de finir le jeu à 100%, sera d’atteindre le million de pièces cumulées tout au long des zones traversées.


Et pour cela, pléthore de solutions s’offrent à vous !
Des briques dorées qui prennent la place de votre tête (à la Minecraft) et qui crachent de la monnaie de manière frénétique lors de grands sauts ou de courses, aux anneaux qui transforment les ennemis en fontaine à sous, en passant par des interrupteurs qui transforment des briques en or, des blocs plus larges qui vous rapporteront plus de pièces en une fois, des champignons dorés qui en valent cinquante, des blocs « jackpot » qui vous feront gagner entre 5 et 50 pièces… Les moyens d’augmenter rapidement votre score sont tous plus ingénieux les uns que les autres, et cassent la monotonie de la ruée vers l’or.
Well done :-)



Et cette petite fleur dorée qui change Mario en Midas ! Capable de changer en or presque tout ce qu’il touche grâce à ses boules de feu. Une petite nouveauté qui est davantage gadget que réellement utile dans la progression ; cette particularité n’a été ajoutée que dans le but de servir la thématique de cumul des pièces.





Recommencer plus pour looter plus !


Petite parenthèse concernant le mode multi : Je n’ai pas eu l’occasion de tester le mode multijoueur, limité à deux joueurs en local. Mais il semblerait que la taille réduite de l’écran de la console rende l’expérience plus laborieuse que fun. Un mode multi, oui, mais autant le faire correctement.


On appréciera également un mode de jeu spécialement élaboré pour ramasser des soussous : le mode Pièces en Folie. Uniquement praticable en solo, il consiste en une succession de 3 épreuves, 3 niveaux choisis parmi deux mondes à la fois (définis par leur difficulté : champignon (mondes 1-2), fleur (3-4), étoile(5-6)) qui auront la particularité d’être chronométrés. Vous n’aurez que 100 secondes pour traverser tout le niveau en récoltant un maximum de pièces. Tirailler le joueur entre la performance et la cupidité ? En voilà une bonne idée ! :D

En fait, vous devrez jouer d’astuce pour récolter le plus de pièces possible en gérant votre temps intelligemment. De plus, en atteignant le sommet du drapeau en fin de niveau, vous doublerez vos gains (en-dessous, vous gagnerez une super vie supplémentaire que vous pourrez additionner de manière totalement inutile à la centaine que vous aurez déjà d’avance). De temps à autre et suivant la longueur du niveau, de petites montres vous apporteront quelques précieuses secondes, indispensables au succès de votre challenge.


Si vous mourez ne serait-ce qu’une seule fois, le défi s’arrête et vous devrez recommencer. Mais le total de vos gains sera accumulé à votre pactole en réserve, tout n’est pas perdu. ;)
Et pour encourager les performances, votre meilleur résultat sera (selon votre bon vouloir) partagé via StreetPass quand vous croiserez d’autres joueurs.

Enfin quand on y pense, il faudra vraiment être motivé par le fameux million pour rejouer inlassablement les mêmes niveaux qui ne sont autres que ceux de l’aventure principale. Et si l’on préfère jouer la carte de la simplicité ou que l’on bute sur certains passages, la queue de tanuki blanc vous rendra invincible (sauf en cas de chute) et vous permettra de prendre plus de risques, mais est-ce vraiment intéressant ?






En bref, la nouveauté de New Super Mario Bros. 2 se résumera à une course effrénée vers un million de pièces que vous ne pourrez pas utiliser. La récompense est d’ailleurs ridicule compte tenu du temps passé à récolter votre trésor au gré des niveaux. On reconnaît tout de même que les stages sont originaux et réservent parfois de belles surprises, dans un univers très propre et bien réalisé. Ce nouvel opus reste un jeu qui vous occupera pas mal d’heures et auquel il est agréable de jouer, tout en rondeurs et en couleurs, rythmé au son de mélodies bien connues (et recyclées…) et de petits cris à en faire sauter des champignons. Je suis pourtant du genre à vouloir chopper toutes les pièces de chaque niveau, mais le côté « qui a le plus gros compte en banque », très peu pour moi.






Les Plus :

  • Son level design irréprochable !
  • Intuitif et très maniable.
  • Le mode « Pièces en folie ».
  • Quelques surprises.


Les Moins :

  • Un concept qui s’essouffle.
  • La course au million c’est long… trop long.
  • Pas assez de surprises.
  • Pas de Yoshiiiiii…


Les Infos :

  • Genre : Plateformes
  • Éditeur : Nintendo
  • Développeur : Nintendo
  • Prix : 40€
  • Classification : 3+
  • Sortie : 17 août 2012


Note globale : 3,5/5 – Un bon jeu


2 commentaires

  1. gold price

    On nous vend ce qu’on nous présente comme un « succésseur de mario 3″ (la pub montre même des extraits de mario 3 !) mais le jeu n’a de mario bros que le nom. A l’époque, Nintendo était libre d’exprimer sa créativité, de faire des jeux mature. Aujourd’hui, Nintendo est devenu casual, les jeux ne doivent frustrer personne (aucun risque, vu qu’on nous prend pour des neuneus), et ils enrobent le tout avec des termes aguicheurs. Ainsi « new super mario bros » est juste un jeu avec mario, qui ne reprend aucun mécanisme du mario original (ce n’est même pas un jeu de plates-formes, mais un jeu d’exploration). Quand à la collecte des pièces, c’est encore un terme aguicheur qui ne désigne rien d’autre qu’un succès automatiquement dévérouillé au bout d’un temps de jeu plus ou moins grand, histoire de prolonger artificiellement la durée de vie. Enfin, l’univers qui paraissait mature à l’époque est devenu tellement dédié aux enfants que la boite devrait mentionner « déconseillé aux plus de 12 ans ». Que Nintendo s’adresse aux enfants, ok, mais qu’ils fassent un jeu plus mature en parallèle (pas mature dans le sens de bourrin, mature dans le sens de difficile).

    A partagé sa vision des choses le 11 décembre 2012
  2. Jeux de mario gratuits

    Graphiquement c’est vrai qu’il est très réussi et agréable à jouer. Maintenant le petit côté répétitif du jeu est un peu le point noir de cet opus.

    Un petit grain de folie et d’originalité supplémentaire aurait été fun, et +1 avec Naistolenn l’absence de Yoshi est vraiment regrettable :(

    N'a pas pu s'en empêcher le 13 mars 2013

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top