menu

default_defaut

[Test] Deus Ex : Human Revolution


Deus Ex : Human Revolution

Deus Ex. Juste le nom est culte. Plébiscité autant par la presse que par les joueurs, Deus Ex premier du nom est encore dans toute les têtes des fans. Alors autant dire qu’Eidos était plus qu’attendu au tournant quand ils ont annoncé Deus Ex : Human Revolution. Alors à part un héros beau gosse, qu’est-ce qu’il a dans le ventre ce Deus Ex ?

Nous voilà donc 25 ans avant le premier Deus Ex. Nous sommes en 2027 et les augmentations, (implants qui améliorent votre « vous » : nouvelles jambes plus fortes, puces dans le cerveau, bref, le parfait attirail pour devenir l’homme bionique) envahissent le marché. Vous incarnez Adam Jensen, chef de la sécurité pour un très gros groupe qui fabrique ces augmentations : Sarif Industries. A sa tête, David Sarif. Vous n’êtes qu’un humain au départ, aucune augmentation, rien, vous n’êtes pas très fan. Mais le labo est attaqué par des méchants et ils vous laissent dans un bien sale état. Suite à ça, vous êtes augmenté (pas au niveau du salaire hein, vous devenez un peu l’homme qui valait trois milliards.). Et pour compliquer le truc, votre ex bosse chez Sarif et c’est une éminente scientifique qui a la garde du chien et qui … Ah ! Bah ça vous le verrez par vous même ! Je ne vous parlerais pas de l’histoire riche, avec un background profond et vraiment sympa, les mecs ont vraiment bossé dessus et ça, ça fait plaisir.

En commençant le jeu, vous avez droit à un didacticiel. Mais un vrai bon didacticiel qui ne vous saoule pas au bout de deux minutes. Ce sont carrément des vidéos où l’on vous explique au fur et à mesure comment ça fonctionne tout ça. Le jeu se prend bien en main et on prend plaisir à se planquer derrière les objets et à faire des roulades pour rejoindre la planque en face. Parce que c’est ça aussi Deus Ex. Soit vous êtes un as du furtif et vous choisissez de faire le jeu en mode fufu où vous avancez planqué, Tazer ou flingue à fléchettes en main qui vous colle un mec dans une grosse sieste, en prenant garde aux caméras de surveillance, soit vous sortez l’artillerie lourde et c’est partie pour le mode bourrin, à coup de headshot et de « tu la vois ta caméra là ? Boom, y’en a plus. », ça marche aussi (testé et approuvé !). De pouvoir aborder le jeu de plusieurs façon différente est vraiment une chouette expérience. Vous avez plusieurs façon d’atteindre votre objectif et vous pouvez choisir la façon de jouer que vous préférez. Du coup, et à la manière d’un RPG, vous avez la possibilité de booster vos augmentations (c’est un peu votre arbre de talent). Et là, c’est pareil, soit vous misez sur le furtif, vous collez vos points pour par exemple être invisible, soit vous augmentez votre force et le mur un peu fragile qui vous gène là, vous le défoncez. Vous avez la possibilité de développer votre mode piratage (attention c’est cher), pour ouvrir certaine porte histoire d’aller plus vite. Vous pouvez également trouver certains codes de porte en lisant des mails (mais pour certain, il faudra pirater les pc !). Vous suivez une trame principale mais au cours de vos balades dans les rues de Détroit (pour commencer), vous aurez accès à des objectifs secondaires.

Ce qui est aussi marrant dans ce Deus Ex, c’est le mélange plutôt réussi du gameplay à l’ancienne et nouvelle génération. Bon j’avoue m’être un peu arraché les tifs avec l’inventaire. Oui inventaire à l’ancienne où vous ne pouvez pas garder tout ce qui vous tombe sous la main. Et vous ne croiserez pas de vendeurs à chaque coin de rue, ni la possibilité de les retrouver quand vous changer de villes ou que vous partez en mission. Il y a peu d’interaction avec les PNJ et l’IA n’est pas des plus intelligentes. Les gardes ne vous poursuivent pas, ils ont une zone prédéfinis et si vous êtes à 2m du garde mais que ce n’est pas sa zone, il n’ira pas chercher plus loin. Vous pouvez buter tout les gardes d’une zone, les PNJ sur place ne feront rien. Ce qui est un peu dommage.

Le level design des villes est assez impressionnant, avec toutes ses petites ruelles, passages… mais manque cruellement de vie. On est pas comme dans un GTA où les gens « vivent ». Pas de voiture sur les routes et parfois, on se sent un peu seul. Côté technique, c’est fluide, joli avec toutes ces couleurs jaunes orangées, on aime le mélange du « vieux » et du futuriste. Bémol pour le doublage en français, les voix ne sont pas bien synchro avec les bouches des persos et c’est parfois pénible. Peu de temps de chargements et surtout, ils sont assez court pour ne pas vous couper dans l’action.

Ce Deus Ex : Human Revolution est un jeu indispensable à avoir, avec une durée de vie assez impressionnante (si vousaimez tout fouiller comme moi, environ une trentaine d’heures). Le scénario et le background sont vraiment profonds et travaillés et peut même faire réfléchir sur le fait que oui ou non, faut-il accepter les augmentations comme suite logique de l’évolution de la race humaine ? Ou est-ce que c’est juste un moyen de nous faire contrôler encore plus par les grands de ce monde ? Comme quoi, les jeux vidéo, ça amènent à de vrai réflexion. « Are we playing god? »

Le Chaînon Manquant

Pour finir je vais vous parler du premier DLC de Deux Ex : HR, nommé Le Chaînon Manquant, présenté la semaine dernière chez Square par Antoine Thisdale, Lead Game Designer chez Eidos Montréal. D’où l’accent québécois fort sympathique. Comme le monsieur d’ailleurs.

Le Chaînon Manquant prend place aux environs des trois quart du jeu, sans rien dévoilé, vous embarquez dans un cargo. Boom. On ne sait pas ce qui s’est passé sur ce cargo. Ce DLC est là pour vous le dire. Vous retrouvez ce pauvre Adam Jensen dans un triste état (le pauvre, je l’aime beaucoup moi Adam…). N’ayant pas vu la cinématique d’intro, on suppose qu’il a été soit torturé, soit qu’il a subi un interrogatoire musclé (ma vengeance sera terrible, on « abime » pas Jensen en tout impunité). Et on remarque tout de suite, que techniquement, c’est plus top. Les textures sont plus lisse, les éclairages et reflets plus jolis, les adbos d’Adam sympa. Parce que faut le savoir, vous commencez l’aventure à moitié à poil. Plus d’armure, plus d’augmentations. Ce qui vous oblige à démarrer tranquillou, on se bat pas à moitié tout nu, sauf dans la boue et entouré de filles. Mais là n’est pas le sujet…

Donc au niveau scénar, on apprendra pas grand chose, Antoine Thisdale ne voulant rien dévoiler. Juste que vous êtes sur le cargo, vous avez pris cher et faut retrouver vos fringues. Donc c’est parti pour un peu de furtif. Écouter les conversations pourra s’averer fort utile pour localiser tout votre matos. Et en apprendre beaucoup au niveau du background aussi. Monsieur Thisdale a aussi insisté sur la prise en compte de la verticalité, en gros, si vous faite trop de bruit, le gars à l’étage du dessous risque de se poser des questions et débarquer.

La durée de vie se situe entre cinq et sept heures, ce qui est plus qu’honorable pour un DLC. Pas de date de sortie précise, peut-être courant octobre et pas de prix non plus pour le moment. Et, normalement, vous n’aurez pas à possédez le jeu original pour jouer au Chaînon manquant.

Si vous aimez Deus Ex, les histoires profonde et vraiment interessante, l’univers cyberpunk et le héros brun-beau-gosse-top classe, je n’ai qu’un mot à dire : foncez !!!

Deus Ex : Human Revolution

Les plus :

  • L’univers et le background
  • Les augmentations
  • Le scénario très accrocheur
  • Le design des villes
  • Adam Jensen !

Les moins :

  • Les villes un peu vides
  • L’IA pas toujours très futée
  • Le doublage pas synchro
  • Le mélange old school /next gen parfois déroutant si on est pas habitué.

Note : 18/20

Infos :

Editeurs : Eidos / Square Enix

Développeur : Eidos Montréal

Genre : Action / RPG

Sortie : 26/08/11

Support : Xbox 360 / PS3 / PC

Classement : 18+

8 commentaires

  1. DoubleGeek

    Franchement magnifique test, cela m’a donné encore plus envie d’entré dans ce monde ^^
    Et un grand bravo pour ce que vous faites c’est magique ;)

    A fini par le dire le 26 septembre 2011
  2. Shoop

    Merci beaucoup ! Deus Ex vaut vraiment le coup, je ne pensais pas rentrer comme ça dans l’histoire et m’attacher autant au héros ;)

    Nous l'a avoué le 26 septembre 2011
  3. Manchev

    Pour moi le gros point noir du jeu c’est l’IA… On avait plus vu ça depuis Metal Gear sur PSX.

    Le gameplay en vue 1er et 3eme personne est vraiment désagréable…

    Bref ce jeu a 10 ans de retard. Sans parler des doublages meme si c’est pas important ca fait vraiment baclé.

    A part ca l’ambiance est sympa et plutot bon esprit mais c’est que du cache misere

    Voila tout le monde trouve ce jeu génial, mais moi ça m’a beaucoup décu.

    Longue vie aux gameuses !

    ++

    Nous l'appris le 29 septembre 2011
  4. Shoop

    Chacun son truc :) . La vue à la 1ère et 3eme personne j’ai vraiment trouvé ça bien moi par contre. L’ambiance du cache misère ? Y’a quand meme un bon petit background derrière. Il a ses défauts, l’IA en fait partie, le doublage aussi mais ça reste un jeu vraiment génial, comme le test, ce n’est que mon avis :)

    N'a pas pu s'en empêcher le 29 septembre 2011
  5. Manchev

    Oui ça n’est qu’une question de goûts bien sur…

    Le test est bon, ça me donnerais presque envie de le racheter ^^

    Mais le jeu est très moyen (personnellement moi-même)

    A partagé sa vision des choses le 29 septembre 2011
  6. Manchev

    Arf c’est raté pour le smiley

    Nous l'appris le 29 septembre 2011
  7. Shoop

    Alors dans mon dernier commentaire, je disais pas que mon test était génial mais le jeu est génial, ça ressort dans ce test qui reflète mon avis… Je viens de me relire et c’est pas clair ;) .

    Mais je suis amoureuse d’Adam Jensen aussi, dure d’être objective avec un beau brun pareil ;) (Gameuse mais fille avant tout !)

    N'a pas pu s'en empêcher le 29 septembre 2011

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top