menu

default_defaut

[Test] Catherine


Katherine ou Catherine, quelle Catherinette vous fera craquer ?

 

[Attention, cet article contient du spoil]

La première chose à savoir est que dans le jeu il y a deux phases :
- La phase jeu avec les cubes (qui sont représentés comme les cauchemars du héros),
- La phase histoire (quand le héros ne dort pas).

Le côté RP dépend de la réponse que l’on va donner, par mail, en parlant et répondant aux deux KCatherines, aux questions posées dans le confessionnal et les moutons. Ça charge une jauge, démon ou gentil, et aura des conséquences sur la fin du jeu (8 fins différentes).

 

La phase Histoire

 

 

Il y a pas mal de cinématiques, et le seul endroit où l’on peut se promener librement est dans le bar. La phase avant d’aller se coucher.

 

Il peut :
- Boire, jusqu’à être ivre*
- Consulter ses mails sur son téléphone, répondre à ses mails, et recevoir des appels (accepter ou refuser).
- Jouer sur la borne d’arcade, un jeu équivalent à ce que l’on subit dans le rêve !
- Parler avec les autres clients, le patron et la serveuse.
- Aller aux toilettes, pour voir les images coquines que nous a envoyé l’autre Catherine. Ou se laver la figure (à ce moment-là on entraperçoit le cauchemar. Avec des ricanements et du sang sur les murs).
- Rentrer chez lui, ce qui va nous mener à la phase cauchemar.
*à savoir plus il est ivre, plus il réagit vite dans son cauchemar ! Et grimpe plus vite

 

 

La phase Jeu

 

Un puzzle game avec des cubes. Le but est de grimper avant que les cubes ne tombent, donc c’est limité dans le temps. Les cubes diffèrent de monde en monde. Les glissants, explosifs, trampolines, fragiles, des plus lourds, des fixes, des vortex, les vivants avec une bouche et qui bougent tout le temps. Le but est d’escalader les cubes jusqu’à la sortie qui est au sommet. Durant notre ascension, on peut récupérer de l’argent, et des oreillers, ce qui permet de pouvoir réessayer la partie plusieurs fois si l’on meurt (car le nombre de ‘continus’ est limité).

 

 

Il y a 8 étages à monter pour vaincre la malédiction, et un neuvième car le héros provoque le Dieu. Il y a 1 boss à chaque étage, mais avant de l’atteindre on doit passer par des étages intermédiaires, grâce auxquels on apprend à se familiariser avec les nouveaux cubes : les nouveaux moutons ennemis. Entre chaque étage intermédiaire existe une place cathédrale, où l’on peut parler avec les autres moutons, apprendre de nouvelles techniques, sauvegarder la partie et acheter des items (création d’un cube, sauter 2 cubes et détruire les ennemis autour) ou récupérer l’un de ces items dans le jeu. On ne peut posséder qu’un seul item à la fois.

 

 

Pour continuer de monter les étages intermédiaires, on doit s’asseoir dans le confessionnal, où l’on nous pose une question et nous explique un peu plus à chaque fois où l’on est. Puis une fois cela fait, on nous envoie à l’étage de cubes suivant. Avant d’accéder au niveau, on peut voir combien d’autres joueurs ont répondu la même chose que vous et combien ont choisi l’autre réponse.
Une fois dans les étages intermédiaires, pour sortir du cauchemar de cet étage, on doit affronter son Boss ; là on se retrouve poursuivi par un boss gigantesque, avec divers sorts. S’il nous rattrape il nous tue, donc on doit se dépêcher d’escalader les cubes afin d’arriver jusqu’en haut !

 

DADDDDYYYY!!!!! DADDDYYYY!!!!!!

 

Une fois arrivé en haut le joueur détruit son cauchemar grâce à la lumière qui en émane et sort pour se réveiller.

 

Pour conclure je dirais que le jeu est vraiment réservé à un public adulte. Pas parce que la jaquette paraît alléchante, mais le sujet traité est sérieux, il parle de changement, d’engagement. Le cap le plus important dans sa vie. Le choix de vivre sa vie seul, et profiter du libertinage sans prise de tête, ou alors le choix de se marier, de vivre pour quelqu’un d’autre, et prendre soin de sa famille. Insouciance ou responsabilité, qu’allez-vous donc choisir ? ;)

 

 
 

Les Plus :

  • Les Graphismes, aux traits mangas animés.
  • Une histoire de vie simple, à la sauce japonaise.
  • Le son est bluffant, en total accord avec les différentes phases du jeu.
  • Vos réflexes vont être soumis à rude épreuve.
  • Temps de jeu appréciable pour les plus Hard Core !
 

Les Moins :

  • Jeu extrêmement difficile donc joueur occasionnel s’abstenir.
  • Les voix sont en anglais et non en japonais… dommage.
  • Pas de Multijoueur à la première utilisation, on est obligé de finir le jeu une première fois avant d’y accéder.
  • Pas de Sxxx ;)
 

Les Infos :

  • Éditeur : Deep Silver
  • Développeur : Atlus
  • Genre : Réflexion/RP
  • Sortie : 09/02/12
  • Support : Xbox 360 / PS3
  • Classification : +18
 

Note Globale : 17/20

 

Enfin, si vous êtes passionnés d’Aliens, c’est un vrai petit ovni, c’est un genre que l’on n’a pas l’habitude de voir. Avis aux collectionneurs, ceci doit faire partie de votre ludothèque. :)

 

9 commentaires

  1. Wonk

    Pas de multi ? C’est sérieux ?

    N'a pas pu s'en empêcher le 29 février 2012
    • Anyarei

      En faite, je viens de voir que si, mais uniquement quand on a fini le jeu une fois! Et comme je me suis arrêté juste après avoir fini le jeu, j’ai pas vu la nouvelle option! Merci de ta remarque ;)
      Je vais modifier ça!

      A craché le morceau le 29 février 2012
  2. Kanzen

    « -Il peut boire, jusqu’à être ivre* »

    Qui est ce fameux « il » ?

    Je trouve assez dommage de n’avoir pas parlé de l’histoire, au moins un minimum, pour pouvoir planter le décor et les protagonistes. Catherine fonctionne sur le mode de la relation maritale, de ses ambiguïtés, de ses incertitudes et du sentiment de ne jamais connaître cet autre qui partage notre vie, et qui pourtant, nous demeure étranger.
    Sans compter l’aspect schizophrénique du titre.

    A partagé sa vision des choses le 1 mars 2012
  3. seito

    Un bon jeu ^^ sérieusement, j’ai testé et c’est un jeu qui a le mérite d’être assez déroutant c’est ce qui rend son aspect encore plus génial ^^

    A couché sa pensée le 2 mars 2012
  4. Margoth

    Quitte à paraître méchante, je trouve ce test un peu réducteur. Non pas l’envie d’offenser mais je pense qu’il y avait moyen de beaucoup dire sur le jeu, que malgré la difficulté qui l’éloigne du côté « grand public » indubitablement, il pouvait être autre chose qu’un « jeu pour hardcore gamer féru d’aliens vidéoludiques ». Je serais même tentée de dire qu’il serait destiné à tous ceux ayant assez de maturité pour comprendre et gamberger sur cette notion d’engagement, mariage, famille, quelque soit son niveau. Son enjeu se situe dans la réflexion qu’il amène au joueur, pas au challenge à mon sens.

    Nous l'appris le 6 mars 2012
  5. Anyarei

    Ce n’est pas méchant Margoth ;)
    Alors bin je veux bien aller dans ton sens, mais ce n’est pas le cas, si tu as des difficultés avec la phase des rêves tu ne pourra jamais finir l’histoire si tu es bloqué dans les cauchemars! Qui sont un véritable casse-tête! Et très corsé!
    Donc l’histoire est vraiment sérieuse (donc génial et surtout du jamais vu), et le jeu réflexion qui lui est très difficile ne facilite pas ton avancement dans l’histoire!Et justement en ce qui concerne le sujet je l’explique en conclusion, que c’est orienté aux questions existentiels à un moment précis de la vie et non au sexe comme pourrait nous vendre la jaquette!
    J’espère avoir répondu à ta question :)
    je suis dispo pour tout autre réflexion sur l’ovni Catherine ;)

    A craché le morceau le 7 mars 2012
  6. mon ip

    J’ai fini le jeu, j’ai bien aimé le concept et l’histoire. Cependant comme il a été dit dans ce test, le jeu est très difficile et un grand dommage qu’il n’y avait qu’une phase de jeu malgré qu’il y a du changement de monde à monde.

    Nous l'a avoué le 16 mars 2012
  7. Margoth

    C’est vrai, j’avais oublié de reposter de ce côté-là (non, on ne se débarrasse pas de moi comme ça :P ).

    Ce que tu dis est parfaitement logique : tu restes bloqué dans les puzzles, tu n’avances pas dans l’histoire… Enfin bon, tu oublies quand même une petite chose qui peut plus ou moins être là selon les joueurs : la persévérance. On a beau ne pas être doué, si la motivation nécessaire est là, on insistera bêtement jusqu’à finir par y arriver. D’autant plus lorsque la carotte est tentante et en ce qui concerne Catherine, je pense qu’elle est bien suffisante pour justifier les multiples pertes de cheveux. Après, c’est sûr que je parle un peu en mon nom mais je suis persuadée que je ne suis pas la seule. Après tout, il fut bien un temps où on devait s’en coltiner des Game Over, se retrouver l’écran titre et recommencer le jeu depuis le début pour espérer arriver au moins à la moitié du jeu. Parce que là en fait, j’ai eu un peu l’impression de retrouver la fameuse réflexion des gamers divisés en ces deux clans stygmatisés de hardcores (les fortiches, les habiles du pad) et casuals (les nullos qui baissent les bras à la première difficulté). Un peu réducteur quand même…

    Nous l'a avoué le 15 avril 2012
    • Anyarei

      Casual ne veut pas dire mauvais joueur qui baissent les bras à la première difficulté (ça c’est les noobs ;) ), ce sont des joueurs occasionnel, qui n’ont pas forcément beaucoup de temps pour les jeu vidéo et j’en conviens bien que certains casual s’acharneront dessus^^, j’en suis même sûre !
      Les hard core gamer ne sont pas forcément bon ! Pour ma part je me sent pas ultra balèze aux jeu vidéos, mais j’aime passer du temps dessus, et j’aime qu’un jeu me donne du fils à retordre !
      Le problème dans le termes casual, c’est que l’industrie le cible comme quelqu’un qui n’aime pas perdre, et donc font des jeux qui lui donne la main du début à la fin, sans trop de difficultés ! Ce qui n’est pas ma vision dut tout du casual!

      Comme Catherine donne beaucoup de fils à retordre, et est un jeu super long pour le coup ceux qui ont peut de temps peuvent vite se lasser. Heureusement tous les casus ne sont pas comme ça et ça me ravie ;)

      A fini par le dire le 16 avril 2012

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top