menu

default_defaut

[Test] Solatorobo : Red the Hunter


Un action RPG dont le héros est un chien monté sur un robot? Oui c’est possible! Red, le héros donc, est un chasseur qui vit avec sa soeur Chocolat dans un vaisseau. Il se déplace la majeure partie du temps sur Dahak, son robot / mecha / armure (rayez les mentions inutiles), et l’utilise pour mener à bien des quêtes, ce qui lui permet de gagner de l’argent.

Pour ceux qui connaissent le jeu Tail Concerto, sorti sur PS One, sachez que Solatorobo se veut en être la suite spirituelle. Du coup de nombreux personnages issus de Tail Concerto font des apparitions plus ou moins répétées dans Solatorobo comme Stair, Alicia… Et comme pour Tail Concerto, Solatorobo se déroule dans un monde peuplé de personnages-animaux (d’animaux humanoïdes quoi!).

Le jeu commence par la récupération d’un document, une mission que Red doit accomplir pendant que sa soeur Chocolat le guide depuis l’Asmodeus, leur vaisseau. Il va y découvrir un médaillon et Elh, un personnage-chat, qui va se révéler être plein de mystères, mais aussi se mettre à dos un grand clan armé et réveillera en même temps une énorme créature.

L’intrigue sera dévoilée au fur et à mesure de façon à toujours conserver un peu de mystère et cela fonctionne très bien! Même si le scénario peut paraître basique (en simplifiant, il faut récupérer des cristaux avant le camp ennemi pour sauver le monde), on reste accroché à notre DS. C’est peut être du au fait que les personnages ne se dévoilent qu’au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire ou encore que certaines choses que l’on pensait acquises changent du tout pour le tout.

On va alterner entre le mode exploration, que se soit à pied ou dans son robot (que l’on peut d’ailleurs améliorer, on reviendra dessus) et les phases de combat, que se soit dans des tournois ou pendant une mission.

Il existe aussi plein de missions annexes disponibles à l’office des quêtes, certaines nous permettant de débloquer des sortes de mini jeu, comme la pêche ou les courses aériennes, mais aussi des vidéo, des sons et des images à trouver pour les débloquer.

Avancer dans le jeu est assez simple, on est tout le temps guidé, du coup on ne cherche pas longtemps ce que l’on doit faire: on chemine d’îles en îles flottant dans le ciel, et l’île où l’on doit aller pour avancer dans l’histoire est clairement indiquée. Se perdre est donc impossible, je me suis senti trop guidée, mais le jeu s’adresse aux plus jeunes, qui eux ont plus besoin d’aide et de guide.

Solatorobo est un action-RPG, mais l’aspect RPG a été suffisamment simplifié pour que ce jeu puisse être une bonne entrée en matière pour les plus jeunes ou les novices du genre.

Un système de niveau a été mis en place pour l’accès au différentes quêtes, réaliser une quête nous permettra de gagner des points pour monter de niveau et avoir accès à des quêtes demandant un rang de chasseur plus élevé, et donc avancer dans l’histoire. Et en parallèle il y a un système de niveau lié aux combats: Red augmente de niveau au fur et à mesure des combats.

On a pas besoin de faire toutes les quêtes annexes pour avancer dans l’histoire, leur nombre est bien choisi pour ne pas se sentir coupé dans notre envie d’avancer dans l’histoire.

On peut aussi améliorer notre fidel Dahak, notre robot, via une sorte de surface carré permettant de disposer des petits cubes (en gros, c’est un grand carré divisé en petits carrés). Au départ les slots du milieu sont libres pour y mettre des éléments boostant soit la force, soit la puissance, soit la vitesse ou encore la résistance; après on va pouvoir acheter d’autres emplacements via des cristaux que l’on trouvera en explorant les différentes îles, que ce soit lors de quêtes ou pas, tandis que les pièces servant à “optimiser” notre robot s’achèteront de façon classique aux marchands.

Quant à la partie “action” de cet action-RPG, pas de révolution, on reprend les basiques. Red descendra rarement de son robot, uniquement pour activer des leviers en fait, vu qu’il ne peut pas se battre mais seulement tirer des rayons paralysants quand il est à terre. Sur Dahak, il pourra soulever des caisses lourdes, mais aussi utiliser des outils comme les foreuses ou encore combattre en soulevant nos ennemis avec la possibilité de réaliser des combos en lançant trois fois d’affilé l’ennemi.

Vous allez vous demandez pourquoi jouer à Solatorobo ? Tout simplement parce qu’il est très très bien réalisé.

Les graphismes sont à la limite de la perfection (pour un jeu sur DS) et les cinématiques sur le deux écrans de la console sont supers.

Les îles ont aussi chacune leur propre identité, certaines sont plus végétales tandis que d’autres accueillent les épaves de vaisseaux; et il y a aussi la capitale, avec plus de monde.

Un détail plutôt rigolo: des exclamations digitalisées viennent ponctuer les dialogues comme les “Nom d’un chien” ou “Sapristi” de Red, ou encore le “Bonjour” dit par celle qui tient l’office des quêtes.

Et la durée de vie du jeu est correcte: 20h de jeu pour réaliser les deux parties de Solatorobo. Deux parties car une fois le jeu finit et le générique de fin vu, vous pouvez rejouer non pas juste pour finir les quêtes éventuelles laissées de côté mais rempiler pour 10 nouveaux chapitres. Ne passez pas à côté!

.

Pour conclure, Solatorobo est le jeu qui permettra d’initier les plus jeunes à l’action RPG mais plaira aussi à ceux qui cherchent une pause détente avec un jeu simple mais attachant. Par contre, si vous cherchez un jeu qui vous donne du fil à retordre, passez votre chemin!

Les plus:
- La superbe réalisation !
- Les dialogues digitalisés
- L’histoire
- Simple/accessible

Les moins:
- Un seul slot de sauvegarde
- Peu d’utilisation des deux écrans de la DS

Note: 16/20

Infos:

Titre: Solatorobo: the Red hunter
Plateforme(s) : Exclu DS
Genre(s) : Action/RPG
Date de sortie française : 01/07/2011
Classification : 7+

5 commentaires

  1. Platypus Geek

    Ahhhh, tail concerto, je l’ai fais je ne sais combien de fois ce jeu juste pour la beauté des graphisme ^^
    Quand j’ai vu Solatorobo j’ai tout de suite pensé à tail concerto.
    Merci donc de m’avoir confirmer que c’était une suite spirituel et que je pouvais donc me jeter dessus sans hésiter.

    Maintenant je sais quoi acheter avec le bon d’achat micromania que j’ai eu pour mon anniv o/

    A couché sa pensée le 27 juillet 2011
  2. Masa

    Mais mais, comment as tu pu oublier de parler de Nobuteru Yuki, ce jeu a été créé pour ses fans! Si j’achète SolaTorobo cela sera uniquement pour ça et aussi du fait qu’il y a un lien avec Tail Concerto.

    A partagé sa vision des choses le 27 juillet 2011
  3. Linilim

    Platypus Geek > Oui tu peux te jeter dessus sans hésiter, je l’ai vraiment aimé ^^

    Masa > Le lien entre SolaTorobo et Tail Concerto est suffisamment fort, à mon humble avis, pour que les connaisseurs (et les fans) voient celui entre SolaTorobo et Nobuteru Yuki. Et je ne pense pas que SolaTorobo a été créé uniquement pour ses fans (les plus jeunes peuvent y jouer sans aucun problème).

    A partagé sa vision des choses le 27 juillet 2011
  4. Masa

    @Linilim Crois moi, côté marketing, le jeu est bien visé pour les fa

    A partagé sa vision des choses le 27 juillet 2011
  5. Masa

    (Arf ça a validé tout seul oO) Faudrait que je te retrouve l’ITW de Nobuteru (en jap) où il parle de Solatorobo comme jeu pour les fan. Au japon il est beaucoup plus célèbre que par chez nous, même chez les plus jeunes ;)

    Nous l'appris le 27 juillet 2011

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top