menu

BrutalLegend

Brütal Legend – PS3


« Mon phantasme a pris vie dans un jeu vidéo… »

Brütal Legend est le fruit de deux cerveaux génialissimes : Tim Schafer et Jack Black.

Développé par Double Fine Productions, ce titre nous transporte dans l’univers déjanté et haut en couleur du Heavy Metal.

Dans ce soft, Jack Black prête sa voix, son charisme et son physique à Eddie Riggs, un roadie qui déteste le groupe pour lequel il bosse.

Après un accident sur scène tout bascule pour lui. Eddie se retrouve alors transporté au Temple d’Ormagöden dans le monde du Métal, où les humains sont aux prises de démons esclavagistes.

Sur sa route, il croisera le chemin d’Ophélia, une jeune fille qui fait partie d’un groupe de résistant conduit par Lars et Lita Halford.

Tous voyent alors en Eddie, le sauveur capable de constituer une armée de Metalleux destinée à anéantir l’infâme Empereur Doviculus et le Général Lionwhyte.
Pour mener à bien ce combat, Eddie sera muni d’une hache nommée The Separator, et de sa fidèle gratte « Clémentine », capable d’effectuer nombre d’attaques magiques.

De plus, des solos de guitare à la sauce Guitar Hero, lui permettront d’effectuer plusieurs choses.

Ainsi, Eddie pourra élargir son panel d’attaque, réunir et motiver ses troupes, mais surtout pourra se créer dès le début du jeu The Deuce , sa vrombissante caisse qui le conduira de mission en mission et aura même un rôle à part entière dans certaines d’entres elles.

Bien évidemment, ses armes et sa bagnole pourront être customisées au fil du temps pour gagner en efficacité, grâce aux « Tributs de feu », argent dans le jeu.

Le gameplay de Brütal Legend est assez classique, c’est un mix de Beat’em all saupoudré d’exploration dans un monde ouvert et de stratégie en temps réel.

D’ailleurs, il est à noter que la STR s’avère vite trop limitée tant elle manque de précision, notamment en ce qui concerne l’impossibilité de voir l’évolution numérique de son armée pendant un combat.

Toutefois, ce petit défaut sera vite oublié tant l’univers du jeu est plaisant et immersif.
En effet, son monde ouvert est assez vaste et richement détaillé. L’on peut y croiser des montagnes d’amplis, des moteurs de V8 immergés dans le sol et des groupes de mobs (animaux et humains).

L’exploration de ce monde vous amènera, en dehors des missions principales et secondaires à effectuer, à dénicher nombre de monuments, dragons, artefacts et garages métal, qui soit dit-en passant sont gardés par le mythique Ozzy Osbourne, himself. Tout cela constituera un plus et une augmentation de la duré de vie du jeu non négligeable, car la quête principale peut se faire en seulement 8h. Je vous entends déjà crier au scandale (lol), mais rassurez-vous car pour les plus téméraires d’entre vous, 40 missions secondaires vous seront proposées.

Ainsi, vous serez amené entre autre à « faire le livreur de binouze » ou pourrez faire vrombir le moteur de la Deuce dans des courses effrénées et chronométrées.
De plus, pour compléter magistralement cet opus, un mode multijoueur online est accessible.

Ainsi, vous explorerez l’univers du Métal en combinant des combats dynamiques et des contrôles stratégiques d’unités, en vous mettant à la tête d’une vrai armée dans  » Battle of the bands ».

Cependant, si j’ai surtout placé Brütal Legend au Panthéon de mes jeux vidéo préférés, c’est grâce à sa bande-son démente (mélange de Rock et de Métal), à son humour unique, décalé, constant et au design des ses personnages, qui avouons-le est tout simplement génialissime. Rien à redire, ce melting-pot est un pur bonheur pour mes sens.

À noter, qu’il vous sera possible de faire votre propre playlist à partir des titres déblocables dans le jeu. Pour ma part, la bande-son sélectionnée (Black Sabbath, Motörhead…) est une incontestable tuerie et n’aura nul besoin de transformation, ceci-dit, après libre à vous de la refaire à votre sauce :)
Brütal Legend est donc indubitablement mon titre phare en cette fin d’année.

En effet, des cheveulus munis de grattes électriques à la sauce Métal et à l’humour déjanté, il n’en fallait pas plus pour me faire succomber.

Toutefois pour rester objective, je dois avouer que certains d’entre vous seront rebutés par quelques points de détails négatifs. Il est vrai, qu’Eddie est incapable de sauter le moindre obstacle, boulet, vous avez dit boulet? :) =et que les missions principales et secondaires sont assez répétitives, notamment celle des batailles de scène de la quête principale.

Cependant en passant outre, car rien n’est parfait dans ce bas monde, vous vivrez des heures de jeu inoubliables, je vous le garantis.

Les Plus :

- L’univers sonore et visuel
- L’humour déjanté
- Le caractère unique de ce jeu
- Le choix de Jack Black comme héros du jeu

Les Moins :

- Sa durée de vie, si vous le faites en ligne droite
- Peu de boss et répétition des missions
- La STR peu détaillée

Note globale : 5/5

Plateforme(s) : PS3, Xbox 360

Catégorie : Action / Aventure

Date de sortie Fr : 15/10/09

Classification : 18+

  1. Kiss

    Oui, c’est vrai que çà fait super plaisir de voir enfin un jeu qui fait honneur au Métal ; )

    Par contre, moi aussi je l’ai fini très rapidement… et çà a pas mal entamé mon plaisir : à 70€ le jeu, tu t’attends quand même à une durée de vie minimum non ?

    Du coup, j’aurais tendance à donner 2 conseils à ceux qui hésiteraient à l’acheter (NB : si on est pas adepte du Métal, c’est un action/aventure assez basique…) :

    - Commencer directe en mode Normal voir Hard… sinon vous le finirez trop facilement (et serez donc un peu déçu…) ;

    - A la rigueur, si vous avez un pote qui l’a déjà acheté, attendez juste qq jours… il va pas tarder à vous le prêter/revendre ; )

    Sinon, j’avoue que rouler à fond dans sa Deuce avec une telle bande-son est un pur bonheur !!! ; )

    A fini par le dire le 17 octobre 2009

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top