menu

SCUDS20

[Podcast] SCUDS #20


Enfin un peu de jeux vidéo dans SCUDS !

Je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais on avait déjà parlé brièvement des SCUDS dans un précédent billet.

Pour ce numéro 20, le débat principal de l’émission (« Le Gros Débat ») a pour thématique les années 80 et l’impact qu’elles ont eu sur le cinéma, les séries, les jeux vidéo… et sur nous, les geeks (même si je n’aime toujours pas ce mot -_-). « Les Années 80′, années fondatrices » seulement pour ceux nés dans les années 70 ?

¤

Pour la partie ciné – orchestré par Philippe – celui-ci expose ce qui pour lui est la base de la culture geek : une petite poignée de réalisateurs de génie (comme James Cameron, les frères Cohen ou Oliver Stone entre autres) et des sagas mythiques (comme la série des Retour vers le Futur, Terminator ou Predator…).

« C’est dans les années 80 que pour nous tout s’est construit »

¤

Pour lui, les films des années 80 avaient un « niveau de qualité globale largement supérieur à l’époque », en comparaison avec les productions actuelles, plus particulièrement au niveau des blockbusters (grand publique).

Cependant, Jérôme lance un pavé dans la marre en évoquant le fait qu’on n’est pas forcement objectifs en matière de souvenir, on a souvent tendance à embellir les choses : « Est-ce qu’on doit se forcer à être objectif ou est-ce que c’est impossible [...] tellement ça fait appelle à nos souvenirs d’enfants, d’adolescents ? »

Alors il y a les adeptes du « c’était mieux avant » mais aussi ceux qui se méfient de leur mémoire : les souvenirs ont « un vernis de nostalgie » qui fait que lorsqu’on regarde certains de nos films cultes de l’époque, on est parfois un déçu… les techniques ont changées, on a changé.

¤

Pour la partie séries, Arnaud prends les rennes… et lui aussi parle tout de suite de cette histoire de ‘patine’. Et là il se perd même un peu puisqu’il cite – en plus de Magnum et des Têtes Brûlées (normal) – les Brigades du Tigre (des redifs certainement ; ) puis Madame est Servie (qui est plutôt une ‘soupe’ qu’autre chose ^^’).

Son constat est que les séries ont plutôt subi l’effet inverse du cinéma : plutôt « planplan » avec des codes très présents (comédies familiales, policiers cheap… pour plaire au grand public) et depuis la qualité a plutôt été tirée vers le haut (grâce aux chaînes du câble ?).

Il soulève aussi le fait que pas mal de réalisateurs ciné se sont lancé dans la série télé (moins de contraintes, possibilités de développer des histoires plus longues, etc.), apportant avec eux leur expérience, les techniques du ciné… et les budgets !

« L’innovation, et le génie, est parfois étouffé par le fric »

¤

Chose amusante : les remakes ciné actuels de séries des 80′ (comme l’Agence Tous Risques ou V) qui démontrent encore une fois l’exploitation de ce côté nostalgique des eighties. Car au final, les sagas des 80′ n’ont était que les prémisses de celles des 90′ (X-Files, Buffy, Urgences, Friends… leur énorme succès et leur nombre n’épisodes impressionnant), qui ont pris un réel essor et ainsi tiré le niveau vers le haut.

¤

Pour la partie qui nous intéresse – la partie Jeux Vidéo – c’est encore Arnaud qui s’y colle en rappelant que les années 80 étaient les balbutiements de cette culture. Il parle de son Oric Atmos (1984 – moi j’ai eu un Alice 90 l’année suivante ; ) des premiers Mac (machines de jeux ?! ^^’). Et ceux qui ont connus cette époque doivent se souvenir de la difficulté pour simplement lancer un soft (avec un pauvre lecteur de cassettes et des lignes de code à taper)…

« Les années 80, c’était un peu l’âge de pierre des jeux vidéo »

¤

Car quand on regarde le tout début des années 80, les consoles dites de 1ere génération était de grosses boîtes en plastiques (donc moches) avec ecteur de cassettes ou de cartouches, comme l’Intellivision, la Colecovision, la NES, ou la Super NES (ils en oublient PLEIN !!! Et y’a pas qu’avec la Commodore qu’on codait en Basic, vilain Cubain !).

Alors ok, on vit depuis quelques années une grosse vague de rétro-gaming (on le voit bien avec l’art et la musique ’8bits’ ou l’expo MuseoGames pour ne citer qu’eux), des nostalgiques de la difficulté hardcore, de l’imaginaire (il en fallait pour arriver à croire de ce tas de pixels aux couleurs criardes était une princesse ^^’) et d’un gameplay à s’arracher les tifs. On croise aussi de plus en plus de jeux récents qui copient ces techniques, type Scott Pilgrim contre le monde (téléchargeable sur le PSN et XboxLIVE) et d’autres anciens hits auxquels on redonne un p’tit coup de jeune (comme Monkey Island SE ou Les Chevaliers de Baphomet sur iPad).

Et il faut bien avouer qu’on pense tous de temps à autre – avec cette fameuse nostalgie – à des jeux qu’on avait adoré quand on était gosse… mais y rejouer aujourd’hui (pas émulateur hein, vraies consoles et manettes d’origines !) et y retrouver le même plaisir… pas évident ! Sans parler des aspects techniques (et là Plissken somnole grave !)

« C’est bien d’avoir vécu cette époque pour apprécier les innovations techniques de maintenant »

¤

La notion d’obsolescence est forcement plus forte en informatique et dans les jeux vidéo, c’est évident.

A noté quand même, l’arrivée de supports plus petits, à savoir les consoles portables puis les téléphones portables, qui ont remis en avant des techniques qui semblaient dépassées. Comme le fait de devoir créer un personnage en 32 couleurs en 16 pixels de côté… un genre de savoir faire qui se perdait et qui revient à la mode un temps (j’en connais qui se servent de ces techniques pour faire des Mario sur le carrelage de leur salle-de-bain ; ).

« On exploite cette nostalgie de la franchise, parce qu’on a plus d’idées »

¤

Constat un peu amère mais pas complètement faux…

¤

Car l’éternel débat de « c’était mieux avant », c’est quand même un peu vague : chaque génération a son époque phare. La nôtre, celle qui a vu émerger l’informatique, les grands effets spéciaux et les jeux vidéo et peut-être juste celle qui le crie le plus fort, c’est tout…

Dans tous les cas, le débat est très très vaste… alors n’hésitez pas à laisser votre point de vue dans les commentaires ou sur leur forum… avoir votre avis ça nous fait toujours plaisir et ça permet de continuer le débat ‘hors caméra’ ;)

Car bien-entendu, tout ce que je vous aie raconté là n’est qu’un microscopique résumé de l’épisode qui dure tout de même 1 heure 25. Vous pouvez le visionner en streaming ici, ou le télécharger via iTunes ou leur flux RSS. Et si vous ne connaissez pas encore les podcasts de NoWatch, je vous conseille fortement d’aller visiter leur site ici, y’en des émissions pour tous les goûts (Ciné, BD, High Tech, GSM, séries, etc.) et toutes de bonnes qualités avec des présentateurs géniaux ; )

Je conclurais sur le fait que cette intégration de plus en plus important de la culture jeu vidéo dans SCUDS ne peut que nous enchanter, nous les gameuses… et j’espère qu’un jours nous aurons l’occasion de débattre sur le sujet avec ce trio de « geeks à têtes chercheuses » que sont les SCUDS.

¤

Et si vous voulez les suivre sur Twitter : @jeromekeinborg, @johnplissken, @da_mouk

¤

  1. Kiss

    Ouais vu, là y’en a un qui roupille !

    Sinon, très bonne émission (comme d’hab quoi) même si y’a encore du boulot côté JV !

    Mais bon, vu les efforts, comment leur en vouloir, hein ?

    A partagé sa vision des choses le 7 janvier 2011
  2. Toxendo

    Super article,
    resume bien la partis Jeux video des SCUDS . En effet c’est pas leur fort les jeux video, mais je trouve qu’avoir un avis video de personne d’une autre génération de sois est très très intéressante . Personnellement ma première console fut une megadrive 2+, mignonne comme tous. Même si les graphismes ne sont pas les même que maintenant, je me souviens avoir fait des partis de SONIC endiablé, mon père n’arrivais put a me décoller de la télé . Je me revoie même jouer a SONIC Adventure avec un pote sur GameCube, notre petit rituel, histoire de revenir un peut dans le passé. Le retrogaming revient a la mode, et j’ai envis de dire c’est normale, une génération comme la mienne n’as pas connus l’ Ataris 2600 ou la 5200, l’intellevision ou encore la master systeme, et aime voir comment les jeux video ont commencé, quel est la base des jeux vidéos actuel et tous simplement pour voir a quoi joué les gens avant . Je crois donc que c’est une explication parmi tant d’autre mais c’est mon explication et ça explique pourquoi moi je m’intéresse au retrogaming .
    Sur ce, je vous shouaite une bonne fin de soirée, longue vie au Scuds et a Nowatch et surtout aux gameuses .
    Tschuss

    A couché sa pensée le 10 janvier 2011

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top