menu

jv_ark_carbonemys

[Preview] ARK : Survival Evolved | Xbox One


Chez les joueuses et joueurs PC, on arpente les terres jurassiques d’ARK : Survival Evolved depuis juin 2015. Mais du côté de la communauté Xbox One, on a dû patienter jusqu’au mois de décembre pour découvrir ce jeu de survie et de craft. Issu d’un studio indépendant nommé Wildcard, ARK : Survival Evolved n’a pas bénéficié d’autant de budget communication que pourrait avoir un triple A d’une grande maison. Et pourtant, la sortie de la version bêta a largement été relayée et souvent vantée. Nous nous avons donc tenté l’aventure sur Xbox One, afin de comprendre l’effervescence autour de cet early access et vous livrer nos impressions sur le titre. Prometteur ou plutôt plat ?

 

La Isla Bonita

Cobaye expérimental ou accidenté d’un naufrage, le pitch d’ARK : Survival Evolved demeure mystérieux. Lorsque vous démarrez le jeu, vous vous réveillez sur une île, au milieu d’une faune jurassique. Vous prenez en main votre personnage et votre inventaire en craignant le pire, mais tout est assez instinctif, surtout si vous avez déjà joué à Minecraft. Grâce à une caméra à la première personne, l’immersion opère. Après quelques minutes de découverte, vous êtes rattrapé par votre condition humaine. Et très vite, votre estomac couinera, le froid s’emparera de votre corps, la nuit tombera et des raptors roderont dans les parages.

Vous l’aurez donc compris, l’objectif premier dans ARK : Survival Evolved est de survivre. Qu’à cela ne tienne, vous disposez de multiples ressources autour de vous qui ne demandent qu’à être craftées ! Ainsi, le bouton Y devient soudainement votre meilleur ami : en le tapotant, vous ramassez des baies pour vous nourrir ou encore des pierres, afin de fabriquer des armes et autres objets dans votre inventaire qui sert d’atelier.

ark-selfie

On découvre ainsi une flore variée qui présente des avantages, mais aussi des inconvénients (dans la nature, il faut de tout !). Avec votre estomac vide, vous vous empresserez d’ingurgiter la totalité des baies de votre inventaire, mais à quel prix…Certains fruits vous feront perdre conscience – on dit merci la Narcoberry – et d’autres vous assoifferont – cette fois, c’est la Steamberry – . Dur dur d’être un survivant !

Mais on apprend toujours de ses mauvaises expériences et vous ne tarderez pas à créer des outils pour pêcher, en vue de vous sustenter correctement. Sans effet secondaire, le poisson rempli l’estomac plus durablement et permet de monter la jauge d’expérience plus rapidement. Mais gardez à l’œil les prédateurs aquatiques qui ne sont jamais vraiment loin…Avec un peu plus d’expérience, vous trouverez d’autres ressources alimentaires hors de l’eau, comme des dodos. Puis, si vous levez les yeux au ciel, il ne sera pas rare de croiser le regard d’un ptérodactyle. Mais ça, c’est pour plus tard…

ark-dodo

Vous l’aurez sans doute compris : ce titre original regorge d’animation et amoindri le risque de s’y ennuyer. Car le piège du bac à sable est bel et bien la lassitude. Ici, vous trouverez toujours un projet à entreprendre. En dehors des graphismes inachevés et des quelques bugs, la bêta d’ARK : Survival Evolved parvient à nous surprendre et à nous plonger dans son univers diversifié et vivant. La richesse de l’écosystème environnant laisse présager de multiples possibilités et la sensation de liberté n’en est que plus appréciable. Espérons donc que la version définitive poursuive son développement en ce sens.

Plus haut, nous faisions référence à la zone d’apparition « facile », située dans le sud de la zone : cette partie de la carte a des airs de plage paradisiaque, où la vie semble paisible (alors qu’en fait, l’homme ou la femme que vous êtes doit survivre au milieu de serpents géants et autres bestioles sympathiques). Mais l’île dispose aussi d’environnements montagneux, tropicaux, ou encore forestiers, et tout cela sans compter les nombreuses grottes et caves sous-marines. En bref, l’univers d’ARK ne demande qu’à être exploré et son immensité laisse libre cours à votre imagination, également sollicitée par la multitude des objets craftables dans votre inventaire.

ark_winter

 

Salut, ça craft ?

Si votre but premier est de vous alimenter, créer des objets vous aidera également dans votre quête quotidienne de survie. Pour cela, il vous faudra crafter depuis votre inventaire des ressources que vous aurez ramassé au préalable. On retrouve ainsi les incontournables matières premières comme le bois, la pierre, la fibre, la chaume, et d’autres encore. Grâce à celles-ci, vous pourrez enfin vous offrir le luxe de miner du silex à l’aide d’une pioche, ou de déforester les environs (« désolée petit arbre… ») à grands coups de hache. En apprenant des plans à chaque niveau supérieur, de nouvelles possibilités s’offrent à vous, comme construire votre feu de camp ou votre propre cabane.

ark_cabane

Avec ces nouveautés, vous pourrez remédier à certains de vos besoins physiques dont vous vous souciez peu lorsque votre estomac criait famine comme la soif. Dans le cadre de la création d’un home sweet home, par exemple, vous abaisserez les chances de succomber au froid à la nuit tombée.  Il en va de même pour les vêtements que vous vous confectionnez.

Ici encore, la bêta aurait pu tomber dans les vis du jeu bac à sable, où les objectifs que vous vous fixez personnellement vous semblent finalement peu importants car facilement réalisables (c’est à ce moment-là que vous lâchez la manette en général). Mais dans cet early access d’ARK, c’est le phénomène inverse qui se produit : les plans à apprendre sont tellement nombreux qu’on se demande presque si l’on atteindra son but. Pour tout vous avouer, je n’ai même pas osé compter la quantité d’objets craftables, tant la liste semblait interminable…L’avantage est donc que l’ennui ne semble pas être au programme d’ARK : Survival Evolved. Mais dans un même temps, il existe tellement de choses qu’il en est parfois compliqué de rester focalisé sur ses objectifs. Ajoutez à cela l’univers sublimement riche et animé décrit un peu plus haut et vous obtenez un dialogue avec-vous-mêmes qui donne à peu près ça :

« Bon ! Alors…Pour arriver à apprivoiser le ptérodactyle qui fuit dès que je lui mets un coup et qui me permettra de voyager plus facilement, il va me falloir de quoi l’anesthésier. Ouais. Sauf qu’il faut créer un arc et des flèches narcotiques. Ouais. Donc il faut d’abord créer le récipient qui permet de créer le narcotique pour ensuite imbiber les flèches. Ben, ouais. Mais pour créer le récipient, il faut du cuir. Ouais…Cherchons du cuir –oh , tiens ! J’ai faim ! ‘faut vite que je bouffe un truc dans mon inventaire – et l’affaire sera bouclée. Minute papillonosaure…Je n’ai même pas de selle pour monter sur le ptérodactyle ?! Euh, qu’est-ce que je cherchais déjà… ? »

jv_ark_pteranodon

Même si l’on s’égare à maintes reprises dans l’élaboration de ses projets, on ne peut que féliciter les développeurs pour la diversité des objets craftables. Car grâce à eux, vous pourrez notamment apprivoiser des dinosaures et les utiliser à bon escient (récoltes, protection, combats…). Et même si, arrivé à un certain niveau, le progrès sera plus important que la survie, votre condition humaine vous rattrapera toujours. Car, il faut le rappeler, dans ARK, vous commencez avec des pierres et des bâtons pour terminer avec des lances-roquettes et autres bases militaires (d’après ce qu’on a vu sur youtube)…

 

Disco Dino

Pour passer de l’homme de Cro-magnon à l’homme civilisé, rien de mieux qu’une tribu bien organisée ! Vous avez beau avoir la possibilité de sauter et de courir, votre énergie n’est pas infinie ! Mieux vaut donc passer directement au mode multijoueurs pour accélérer votre évolution. A plusieurs, les récoltes et les constructions sont bien plus rapides. Côté fun, ce sont surtout les excursions qui animeront vos soirées entre potes. Dans la bêta, les interactions avec vos amis sont assez limitées, si vous laissez de côté vos conversations via votre casque. Par exemple, au cours d’une chasse au gros spécimen en infiltration, les joueurs peuvent donner le signal d’attaque en sifflant. En dehors de cela, vous pouvez ajouter un joueur à votre tribu, ou encore lâcher des déjections intestinales (non, elles ne servent pas à affirmer votre position de leader).

jv_ark_carbonemys

De ce côté là, on espère que la version définitive d’ARK : Survival Evolved comptera de plus amples possibilités entre les joueurs. On pourrait, par exemple, imaginer une attribution de rôle pour chaque membre : chasseur, écuyer, cuisinier, etc…Car pour l’instant, la personnalisation et la caractérisation de votre personnage reste assez sommaire. Vous pouvez choisir le nom, le sexe et les attributs physiques de celui-ci (et encore, votre visage n’est pas modifiable en dehors de la couleurs des yeux), mais il faudra vous contenter de cela. On aurait simplement aimé la possibilité de choisir un emblème de tribu, ou du moins un signe différenciant pour les parties multijoueurs : dans cette version bêta, il est souvent difficile de distinguer les pseudonymes de ses camarades dans la faune. Gardez donc à vue vos petits amis si vous ne voulez pas finir en pâté pour raptors…Autre inconvénient qui, on l’espère, devrait être amélioré dans la version commerciale du jeu : la distance limite avec l’hébergeur de la partie.

Si vous avez le malheur de vous éloigner de celui-ci, une masse rouge menaçante vous balayera, voire plantera votre personnage. Mais il faut garder à l’esprit que l’on joue sur un early access et que les développeurs devraient certainement remédier à cela dans la version finale du jeu. D’ailleurs, nous avons les mêmes attentes à l’égard des menus qui, pour l’instant, sont assez chargés au point d’en devenir illisibles. Pour en finir avec les aspects négatifs, on espère que le jeu proposera, comme un Minecraft, plusieurs mode de difficulté. Cela évitera de devoir paramétrer soi-même la vitesse d’apprivoisement des dinosaures, ou encore celle des gains d’expérience. Mais bon, ici encore, il faut rappeler qu’on joue à une bêta et qu’il est normal de trouver des points à améliorer (sauf le bug des lumières disco dans la mer, gardez ça les dev’ siouplé !).

ARK-Survival-Evolved1-1

VERDICT : Niveau de salivage élevé

Avec du PvP, du PvE, de la coopération et tout ce qu’on vous a cité dans cette preview, il faut avouer que la bêta d’ARK : Survival Evolved nous a méchamment tapé dans l’oeil ! Le pire dans tout cela, c’est qu’après plus de vingt heures de jeu, on a l’étrange sensation d’avoir découvert un dixième de tout ce qu’a ce titre prometteur sous la pédale. Et rien qu’avec ce petit aperçu, on peut vous d’ores et déjà vous affirmer que ça va streamer sévère sur ARK : Survival Evolved dans les chaumières ! Certes, certains détails techniques, comme l’absence de musique et de succès à débloquer, ne permettent pas de se projeter de prime abord. Mais une fois le stade du « dis donc, mais c’est tout moche ici ? » passé, on se concentre sur toutes les possibilités qu’offrent l’univers d’ARK, et ça, ça nous a mis des étoiles dans les yeux. Côté gameplay, la prise en main est assez instinctive, malgré certaines subtilités assez mystérieuses dans l’apprivoisement de vos dinosaures. On vous livrera notre verdict final en juin prochain !

Ce qui promet d’être top
- une quantité inimaginable d’objets à crafter
- un univers riche et constamment animé
- les combats, le dressage et l’élevage des dinosaures
- un split screen promis en mode multi’
- un achievement ultime en visitant la mystérieuse tour au loin ?

Ce qui promet d’être moins top
- finalement, pas de split screen
- finalement, pas de musique
- finalement, pas de nouvelle interaction entre joueurs
- finalement, pas de meilleure visibilité dans les menus
- finalement, pas de localisation en français

 

Caractéristique du personnage principal: Nanazuka

Résumé en quelques chiffres clés : 74kg : le poids de mon amour pour le jeu vidéo 1993 : je fais mes premiers pas vidéoludiques à deux ans sur Bubsy. 1m69 : la taille de tous les jeux vidéo auxquels j'ai joué, mais répartie en 6,2 colonnes (et sans les boîtiers...). 10h : temps moyen passé à jouer chaque semaine. 35°41′22 - 139°41′30 - 44 m : les coordonnées GPS de Tokyo, ma ville natale de cœur.

2 commentaires

  1. DARKJIL

    « On vous livrera notre verdict final en juin prochain ! »

    Mais où est il? :P

    A craché le morceau le 9 septembre 2016
    • Kasilla

      On n’a pas eu le jeu complet finalement :/

      Nous l'a avoué le 21 septembre 2016

Votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Go to top